Ils concernent les élections, la 4eme licence de téléphonie, le rapport de Human Rights Watch sur le Mali et l’acquisition des aéronefs par l’armée de l’Air

boubou cisse ministre economie finances abdel karim konate ministre commerce porte parole gouvernement discours

Le porte-parole du gouvernement, Abdoul Karim Konaté a, dans le cadre de son traditionnel point sur le dernier conseil de ministre, rencontré la presse le jeudi 5 octobre dernier dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Plusieurs membres du gouvernement étaient présents  à ce 19 ème numéro de la conférence hebdomadaire du gouvernement. Il s’agit notamment du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tièna Coulibaly, du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, du ministre des Droits de l’Homme, Kassoum Tapo, de celui de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré et du chef du département de la Décentralisation Tièman Huber Coulibaly.

C’est le doyen des membres du gouvernement présent à cette rencontre, Tiéna Coulibaly qui a donné le ton des débats en revenant sur la montée en puissance de l’Armée de l’Air avec l’acquisition des nouveaux aéronefs. Selon le ministre Coulibaly, l’achat de ces nouveaux armements prend sa source dans la Loi d’orientation et de programmation militaire du président de la République qui a été votée en 2016 par les députés. « ces matériels ne constituent qu’une partie d’un lot d’armements qui sont attendus d’ici 2019 » a précisé Tièna. Avant de rappeler que l’acquisition de ces matériels est financée sur fonds propres.

Ce fut au tour de son homologue de l’Administration territoriale, Tièman Huber Coulibaly de prendre le relais pour informer les journalistes de l’adoption en Conseil de ministres des textes relatifs à la convocation du collège électoral en vue de l’organisation des élections de conseillers (communaux, de cercles, de régions, et ceux du District de Bamako).

Sur la question de savoir de ce qui a véritablement changé quant à la date du dernier report de l’organisation de ces scrutins à au aujourd’hui, le ministre Tièman rassure que lignes ont bougé et de façon positive, notamment, l’organisation du dernier scrutin sur 703 communes seulement 59 n’ont pas pu voter pour des raison d’insécurité, et que de cette date à maintenant le gouvernement n’est pas resté les bras croisé. Au contraire, il a élaboré la carte des risques sur laquelle les zones réputées être moins fréquentable feront l’objet de traitement spécial au plan sécuritaire ; le gouverneur est revenu à Kidal, les groupes armées ne se font plus la guerre, et l’Armée est en train d’être équipée. Sur la question de la carte NINA, le ministre a précisé qu’il y a trop de bruit pour rien,  sa gestion est plus que jamais transparente.

De son coté, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, a expliqué les deux textes qu’il avait soumis à l’examen du Conseil des ministres. Il s’agit du projet de texte portant création, organisation et modalité de fonctionnement du Comité de pilotage et de mise en place du point d’échange internet au Mali  et celui se rapportant à la note conceptuelle sur l’attribution de la 4eme licence de le télécommunication au Mali. Selon le ministre Touré, le point d’échange internet est une infrastructure qui permet aux opérateurs de cet outil de pouvoir échanger des informations sans compensation financière.

Pour lui, il est important à deux points de vue. Sur le plan de rapidité, et sur le coût de prestation des opérateurs du niveau national à l’international et vice versa. Un comité technique présidé par le ministre lui-même et appuyé par un consultant et un expert sera chargé de mettre en place l’infrastructure de façon temporaire. Ce comité, selon le ministre, fera place pour des raisons d’indépendance, à un GIE « Le gouvernement a décidé de soulager les fournisseurs de l’internet et les usagers en rendant le trafic local, et à long terme sous-régional » a-t-il dit.

Quant à la question de l’octroi de la 4eme licence de téléphonie, Arouna Modibo Touré dira que le gouvernement a déclenché son processus d’octroi en réaction au non-respect du cahier de charges par  la société Atel. L’importance de posséder plusieurs opérateurs est d’avoir un marché plus attrayant, et de créer la concurrence et sortir de la situation de duopole.  Le premier test de la 4émé licence est prévu pour ce mois d’octobre et le démarrage des activités d’ici la fin de l’année. Ce qui est sûr, c’est que l’Etat a été clair. Les principes ont été définis pour la gestion de cette  4eme licence. Ils ont pour noms, l’intégrité, la transparence, et surtout de maximiser le cout de la transaction.

Intervenant après Arouna Modibo Touré, le ministre des Droits de l’Homme, Me Kassoum Tapo a fait la restitution de son voyage à Genève où il était parti faire le compte rendu de  sa mission effectuée à Mopti. Au cours de ce voyage le ministre a expliqué avoir fait part aux partenaires du Mali de toutes les mesures prises par notre pays pour assurer la protection et la promotion des droits de l’homme, de même que l’état de préparation du rapport qui doit être déposé au plus tard le 15 de ce mois.

Me Tapo a par ailleurs dit avoir rencontré la directrice des recherches Sahel de Human Rights Watch, auteur du rapport polémique sur le Mali. Le ministre a indiqué que celle-ci a reconnu que ce ne sont que des allégations, et que non seulement les victimes n’ont pas porté plainte, mais également qu’elle n’avait aucun moyen de vérifier si ceux-ci avaient menti ou pas. Il a précisé qu’elle a même présenté ses excuses pour n’avoir pas respecté le principe du contradictoire en montrant le rapport d’abord au gouvernement avant sa publication.

A son tour le ministre des Affaires étrangère a rendu compte de sa participation à la vidéo conférence de présentation de rapport de  Annadif avec le Conseil de sécurité. Abdoulaye Diop a souligné que le gouvernement a été frustré par la phrase du rapport qui dit « il n’Ya eu aucun progrès dans l’application de l’accord ». Mais qu’après Annadif, lors de sa rencontre avec le Président de la République a précisé qu’il ne s’agissait que des difficultés rencontrées pendant la période d’aout à septembre.

le ministre porte-parole du gouvernement, Abdoul Karim Konaté a pour sa part annoncé le prochain voyage du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga à Paris et à Genève. Il a donné des éclairages sur le démarrage des activités de l’Agence malienne de la métrologie.

   Mohamed Naman Keita

22 Septembre

MaliwebPolitique
Ils concernent les élections, la 4eme licence de téléphonie, le rapport de Human Rights Watch sur le Mali et l’acquisition des aéronefs par l’armée de l’Air Le porte-parole du gouvernement, Abdoul Karim Konaté a, dans le cadre de son traditionnel point sur le dernier conseil de ministre, rencontré la presse...