Le Collectif pour la refondation du Mali (Corema) traverse, depuis le début de cette semaine, une crise profonde. Pendant que le clan Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun et Attaye Abdala sanctionnaient les honorables Aboubacar Sidick Fomba et Fousseyni Ouattara et changeaient le nom du mouvement en Alliance pour la Refondation du Mali, ceux-ci ont décidé d’exclure les deux premiers du mouvement. Depuis lors, c’est une vraie descente aux enfers pour le mouvement. 

Après l’URD, le RPM, la Cmas de Mahmoud Dicko, l’EMK, le Collectif pour la Refondation du Mali connait une crise profonde. Le mouvement est divisé en deux clans. Le premier, avec en tête l’honorable Aboubacar Sidick Fomba, et le second, dirigé par Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun.

Le COREMA dissout au profit de l’AREMA

Au cours d’une rencontre le 28 juin au Centre International de Conférence de Bamako, des responsables du Corema ont dénoncé ce qu’ils qualifient « de l’entêtement de Aboubacar Sidick Fomba et  Fousseyni Ouattara » et ont pris plusieurs mesures.  Ces décisions sont, entre autres : la dissolution du Collectif pour la refondation du Mali “COREMA” ; l’adoption de la dénomination Alliance pour la Refondation du Mali (AREMA) ; l’absorption de tous les militants et des anciennes bases du COREMA par l’AREMA ; la conservation des objectifs et la vision, notamment le soutien à la transition et aux autorités de la transition pour la Refondation et l’indépendance totale du Mali.

Selon la déclaration, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun est le nouveau président de l’AREMA. Aussi, le clan Ag Mohamedoun a décidé de doter le mouvement d’un nouveau siège.

Des membres du COREMA, dont Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, exclus

Le Collectif pour la refondation du Mali “COREMA ” a réagi, dans un communiqué, à la dissolution du mouvement. Selon l’honorable Aboubacar Sidick Fomba, le COREMA demeure un et indivisible. Il évoque les raisons de la radiation de certains membres du mouvement. «Le COREMA informe l’opinion nationale et internationale que les camarades Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun et Attaye Abdala ont été radiés sur décision du bureau national du COREMA pour calomnie, tentative de division et d’usurpation de titre », précise-t-on. Le membre du CNT va loin en affirmant que le mouvement de  l’inclusivisité, dont Mohamed Ousmane est le premier responsable, « n’a jamais notifié par lettre son adhésion au COREMA, règle préalable pour prétendre être membre du COREMA, à fortiori membre fondateur ». Selon Fomba, le mouvement dont sont issus leurs adversaires n’ont jamais travaillé conformément aux idéaux du COREMA. « Le mouvement de l’inclusivisité auquel appartient les deux camarades a toujours agit en tant que  mouvement signataire de l’Accord pour la paix et la réconciliation mais jamais pour  l’idéologie souverainiste, panafricaniste et de la restauration de la conscience historique du COREMA », laisse-t-il entendre. Fomba ne décolère pas et tance ses ex-collaborateurs. « Les camarades Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun et Attaye Abdala sont dans la manipulation en disant sur tous les toits qu’ils ont reçu des consignes du président Assimi et du président du CNT, Malick Diaw, afin de voter pour la loi électorale. Cela est un  mensonge de bonne facture car nous savons très bien que le vote n’est pas impératif et que  nous avons les preuves que  cela est de la pure manipulation, une tentative de division des organes de la transition », dénonce-t-il, avant d’indiquer que le COREMA demeure la force tranquille de soutien à la transition dans sa totalité.

Boureima Guindo

Source: LE PAYS

MaliwebPolitique
Le Collectif pour la refondation du Mali (Corema) traverse, depuis le début de cette semaine, une crise profonde. Pendant que le clan Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun et Attaye Abdala sanctionnaient les honorables Aboubacar Sidick Fomba et Fousseyni Ouattara et changeaient le nom du mouvement en Alliance pour la Refondation...