Encore une de ses sorties devenues son sport favori à défaut d’aller au contact du Mali profond… ou de peur d’aller vers les Maliens qui l’ont chassé comme un rat de son trou.

 

Dans une interview commandée par ses soins, SBM se prend encore et encore pour celui qui peut offrir du nouveau au Mali pensant à son corps défendant que les Maliens sont soit amnésiques soit naïfs. Que peut proposer encore cet homme fini ? Toute honte bue, il clame avoir accompagné le putsch … hélas pour celui qui paradoxalement se présente comme le parrain divin de la démocratie malienne. Mais aucune surprise avec cet homme qui n’a de conviction que dans ses intérêts personnels au prix de trahison, de traîtrise, de malhonnêteté et de méchanceté.

L’homme de tous les camps a encore changé de camp dès lors qu’il sent le vent tourner avec les militaires. Adieu IBK, adieu les principes et valeurs de la démocratie tant que son soutien théorique peut lui permettre d’échapper à la justice dans les dossiers de l’achat de l’avion Présidentiel et des équipements militaires et de donner un espace de vie à son club de soutien ASMA. Mais il oublie que son soutien ne représente pas un kopeck dans le besoin de légitimation du pouvoir actuel puisque lui et son club de soutien n’ont personne derrière eux.

Même s’il ne lui reste aucune once de dignité, il doit au moins avoir toutes ses facultés pour comprendre que le silence s’impose par intelligence quand ce qu’on veut dire n’apporte rien au débat. N’a-t’il pas été directeur central d’un service de très haute stratégie, n’a-t-il pas été ministre de la Défense et même deux fois, n’a-t-il pas été ministre des affaires étrangères, n’a-t-il pas été Secrétaire Général de la Présidence, n’a-t-il pas été Premier ministre !

Que lui reste à démontrer encore aux Maliens à part qu’il est le seul homme politique de plus de 30 ans à n’avoir jamais demandé le suffrage universel pour les législatives ou municipales! À n’avoir jamais été élu même une seule fois. S’il avait l’expertise qu’il continue à prétendre dans son rêve de gamin qui ne grandit pas, il n’allait pas si lamentablement échoué son magistère à la Primature. Il ne cesse de répéter qu’ils sont dans un soutien constant, ça ne peut pas être autrement pour quelqu’un comme lui, né pour suivre, pour seconder mais jamais premier.

Il vante le consensus obtenu lors du dialogue national inclusif sur les réformes essentielles. Et bien c’est très vrai que les Maliens ont dialogué et ont trouvé entre eux les points d’équilibre pour maintenir la paix, c’est lui-même dans son machiavélisme qui a banalisé tout le travail réalisé. Par finir même le découpage administratif a échoué à cause des malices qu’il y a mis dans sa mise en œuvre. Décidément même Dieu ne fait pas confiance à cet homme.

Aujourd’hui à part caressé dans le sens du poil les maîtres du jour, SBM n’a rien dit de nouveau dans sa sortie dans le journal Essor.
Il est temps que cet homme sans vergogne se résout à quitter la politique.

Chaka Doumbia.

Source : Echos Médias

MaliwebPolitique
Encore une de ses sorties devenues son sport favori à défaut d’aller au contact du Mali profond… ou de peur d’aller vers les Maliens qui l’ont chassé comme un rat de son trou.   Dans une interview commandée par ses soins, SBM se prend encore et encore pour celui qui peut...