Le président de l’association Appel du Mali (AP/MA), Adama T. Coulibaly s’est entretenu hier avec la presse sur l’une de ses préoccupations du moment, l’usage des biens de l’Etat notamment les véhicules à des fins personnelles ou politiques. L’AP/MA exige du Premier ministre Oumar Tatam Ly une circulaire interdisant tout usage des biens de l’Etat à des fins personnelles ou politiques.

Selon Adama T. Coulibaly, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita a parlé voire trop parlé et continue de parler. « C’est très grave pour lui car, certains de ces propos risquent de se retourner contre lui s’il ne fait pas attention ». C’est ainsi, dit-il, qu’il a déclaré une fois que les chefs de services doivent garer leurs véhicules après les heures de service. Pour le président de l’AP/MA, ce discours est appréciable, mais devrait être suivi d’actes, parce que c’est le président de la République qui a parlé. Il se trouve que rien n’est fait dans le sens et ce sont plutôt les ministres notamment ceux du RPM, le parti présidentiel, qui donne malheureusement le mauvais exemple. Ce fut le cas à Sikasso la semaine dernier où, a-t-il dit, des ministres RPM ont été vu battre campagne pour la liste RPM-MPR-Fare. Adama T. Coulibaly qui dit revenir de Sikasso souligne qu’il a vu au moins 8 ministres RPM, accompagnés certains membres de leurs cabinets dans les véhicules étatiques, à un meeting de soutien à la liste RPM-MPR-Fare dans la capitale du Kénédougou le jeudi 7 novembre 2013.

Pour le président de l’AP/MA de deux choses l’une : soit les ministres ne comprennent pas le discours présidentiel ou ils se moquent du peuple. C’est pourquoi, l’AP/MA exige du Premier ministre Oumar Tatam Ly une circulaire interdisant tout usage des biens de l’Etat à des fins personnelles ou politiques.

Selon M. Coulibaly, au cours du meeting ci-dessus évoqué, le ministre du Développement rural, également secrétaire général du RPM, Bocar Tréta, aurait déclaré aux Sikassois que « IBK a besoin d’une majorité pour gouverner et que si Sikasso ne vote pas RPM pendant les législatives, le Kénédougou ne bénéficiera pas des bienfaits de ce régime ». Le président de l’AP/MA trouve que c’est trop comme chantage et c’est inacceptable. « Les législatives sont des élections locales et les populations sont libres de choisir ceux qui leur paraissent meilleurs pour les représenter à l’Assemblé nationale », prévient M. Coulibaly. Pour lui, IBK fait pire qu’ATT et tous les chefs de services sont soumis à du chantage.
Abdoulaye Diakité  
 
 
L’AP/MA menace de s’attaquer aux députés rebelles à l’Assemblée nationale
L’association Appel du Mali (AP/MA) dit n’avoir pas compris la présence des rebelles sur des listes RPM. Elle soupçonne un deal entre IBK et ces candidats controversés qui restent d’ailleurs à ses yeux des rebelles puisqu’ils continuent avec leurs actes de banditisme. C’est pourquoi, l’association menace déjà ces futurs députés que sont les Mohamed Ag Intallah, Ahmada Ag Bibi et autres. « Nous allons poser des actes ici à Bagadadji contre eux. En tout cas, on va se faire entendre par rapport à ces gens qui ont meurtri notre Nation, enfoncé notre pays. Des terroristes qui ont tué des centaines de militaires maliens. Il n’y aura pas d’attentats mais des actes spectaculaires », a fait savoir Adama T. Coulibaly, le président de l’association Appel du Mali lors de son point de presse hier à Daoudabougou. Pour lui, ces gens-là sont des pestilentiels qui devraient être radiés de tous les partis politiques au Mali. Indigné par le fait qu’ils se soient retrouvés sur des listes du parti présidentiel, le président de l’AP/MA exige des explications au président IBK.

Source: L’Indicateur du Renouveau

abdoulaye ouattaraPolitique
Le président de l’association Appel du Mali (AP/MA), Adama T. Coulibaly s’est entretenu hier avec la presse sur l’une de ses préoccupations du moment, l’usage des biens de l’Etat notamment les véhicules à des fins personnelles ou politiques. L’AP/MA exige du Premier ministre Oumar Tatam Ly une circulaire interdisant...