L’esplanade de la bourse de travail a servi de cadre ce jeudi 2 juillet pour le rassemblement populaire pour demander la libération de l’honorable Soumaïla Cissé, enlevé depuis le mercredi 25 mars 2020 dans sa circonscription électorale, soit 100 jours. Il est organisé par les femmes et les jeunes de son parti URD (Union pour la République et la Démocratie). Au présidium, on pouvait noter la présence du président national de la Jeunesse de l’URD, Abdramane Diarra avec à ses côtés Mme Adiawiakoye Ramatou Koné, la présidente des femmes de l’URD, Mme Cissé Astan Traoré, l’épouse de Soumaïla Cissé, Moctar Ousmane Sy, porte-parole du Collectif pour la Libération de Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, ministre sortant des Affaires Etrangères et des Relations Internationales, Salikou Sanogo, vice-président de l’URD et beaucoup d’autres responsables de la scène politique malienne.

 

Ils étaient nombreux à prendre d’assaut l’Esplanade de la Bourse de travail pour réclamer la libération de l’honorable Soumaïla Cissé, séquestré par les individus non identifiés depuis le 25 mars dernier lors de sa campagne dans sa circonscription électorale (Niafunké, région de Tombouctou). Ainsi, lors de cette manifestation, sur les pancartes, ses militants et sympathisants notaient : ‘’IBK, Bientôt c’est quand ?’’ et ‘’Libérez Soumaïla Cissé’’.

Premier à intervenir, le vice-président de l’URD, le Prof. Salikou Sanogo a d’abord félicité les femmes et les jeunes du parti pour l’organisation de ce grand rassemblement populaire et d’avoir conduit des actions courageuses sur le terrain en vue de la libération immédiate de Soumaïla Cissé. « Je saisis également cette occasion pour remercier les nombreux Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur ainsi que les autres amis du Mali et de Soumaïla Cissé qui n’ont ménagé leur peine pour aider à travers une multitude d’actions dans la perspective de la libération du président Soumaïla Cissé » a-t-il déclaré.

Il ajoute de ne pas avoir omis d’exprimer leur reconnaissance aux autorités maliennes, en l’occurence à l’ex PM Ousmane Issoufi Maïga et son équipe pour l’engagement sans faille dans la recherche d’un dénouement heureux de cette affaire délicate.

« Notre président Soumaïla Cissé manque terriblement au peuple malien » a clamé le Prof. Salikou Sanogo.

A son tour, au nom de son collectif, Moctar Ousmane Sy a exprimé son indignation et sérieuse inquiétudes face  à la situation extrêmement préoccupante de l’honorable Soumaïla Cissé. Cela fait 100 jours, désespère-t-il, que nous sommes privés de celui qui symbolise la modernité en politique pour toute une génération de cadres sur le continent africain. « Pédagogue, persévérant et surtout pacifiste, il s’évertue, parfois à son détriment, à assurer l’équilibre d’une démocratie douloureusement acquise et encore fragile.  Le 25 mars 2020, il est tombé dans un affreux piège. A nous de l’en sortir » a affirmé M.Sy. Et d’insister qu’il est de notre devoir de crier notre indignation et de mettre la pression sur tous les acteurs pouvant disposer d’information ou de moyens de négociation avec les ravisseurs de Soumaïla Cissé. « Notre collectif cherche toujours une réponse à la question : ‘’Bientôt c’est quand ?’’ » a-t-il lancé comme message.

L’un des principaux organisateurs de cette manifestation, Abdrahamane Diarra, président de la jeunesse URD a rappelé que l’honorable Soumaïla Cissé non moins chef de file de l’opposition et sa délégation ont été l’objet d’un rapt dans le cercle de Niafunké. Un rapt, selon lui, qui a occasionné la mort de feu Mohamed Cissé, son garde-corps et blessé Amadou Yattara et Boury N’Dao qui se rétablissent de leurs blessures. « Depuis, nous sommes au 100ème jour de captivité et de détention injustes du président exécutif de l’URD.100 jours longs et difficiles pour nous est très dur pour  l’honorable Soumaïla Cissé ». Cela, si l’on sait que : « personne n’a jusqu’à présent revendiqué son enlèvement nous ne savons pas où il est détenu ; nous ne savons pas dans quelles conditions il est détenu, nous ne savons comment il va, nous ne savons pas pourquoi il est détenu » s’est interrogé le président de la jeunesse URD.

Il a indiqué que cette affaire de rapt de Soumaïla Cissé est celle de tous les Maliens. « Nous avons suivi avec beaucoup d’espoir la déclaration faite par le président de la République SEM Ibrahim Boubacar Keïta qui affirmé que son frère et cadet est en vie, qu’il sait où il se trouve et qu’il nous reviendra bientôt. Et cela fait 16 jours que nous sommes dans l’attente de ce bientôt et ‘’Bientôt’’, c’est quand ? Oui M. le président, Bientôt c’est quand ? » a questionné M. Diarra.

Il a ensuite demandé à la communauté internationale de s’impliquer davantage auprès des autorités maliennes pour la libération immédiate de Soumaïla Cissé.

Présente également, Mme Cissé Astan Traoré, l’épouse de Soumaïla Cissé a remercié toutes les personnes qui s’investissent sur cette action de libération et imploré les ravisseurs de son mari de le lâcher pour qu’il puisse regagner sa famille.

Par Mariam SISSOKO

L’Aube

MaliwebPolitique
L’esplanade de la bourse de travail a servi de cadre ce jeudi 2 juillet pour le rassemblement populaire pour demander la libération de l’honorable Soumaïla Cissé, enlevé depuis le mercredi 25 mars 2020 dans sa circonscription électorale, soit 100 jours. Il est organisé par les femmes et les jeunes...