Le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a reçu à son siège, le mardi 11 juin 2019, l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA -Association). L’occasion, pour les deux organisations, d’échanger sur les actions à entreprendre pour la réussite du dialogue national inclusif, afin de sauver le Mali. C’était sous l’égide des présidents des deux organisations, notamment l’honorable Soumaila Cissé (FSD) et Mme Sy Kadiatou Sow (Adema-Association).

Les questions du dialogue national inclusif, de la révision de la constitution, de la prorogation du mandat des députés, de l’accord politique, de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issus du processus d’Alger ; voilà, entre autres, les points sur lesquels le front dirigé par le chef de file de l’opposition et l’Alliance pour la démocratie ont échangé pendant des heures le mardi dernier. Toutes les deux organisations sont convaincues de la fragilité du pays et se sont engagées à se donner les mains pour la réussite du dialogue national inclusif. Aussi, comptent-elles entreprendre des actions communes dans ce sens.

Au sortir de la rencontre, la présidente de l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA –Association) et sa délégation, étaient venues discuter avec le FSD sur une question qui préoccupe aujourd’hui tout le peuple malien. Il s’agit, selon elle, de voir ensemble comment sortir de cette crise multidimensionnelle que vit le Mali. « Il nous parait important de nous mettre ensemble pour exprimer des positions très claires : les positions du dialogue national, de la révision de la constitution, de la prorogation du mandat des députés, de l’accord politique, de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issus du processus d’Alger », précise-t-elle.

Parlant du dialogue national inclusif que réclament presque tous les Maliens, Mme Sy Kadiatou Sow affirme que son association et le FSD ont insisté, au cours de leurs échanges, sur la prise en compte des préoccupations des Maliens. « Nous avons échangé sur comment aller vers un véritable dialogue national inclusif qui prenne en charge les véritables préoccupations des Maliens », a expliqué l’ancien leader de la plateforme qui a fait échoué la tentative de révision constitutionnelle en 2017.

À en croire Mme Sy Kadiatou Sow, au niveau de toutes les deux organisations, le FSD et l’Adema-Association, des réflexions étaient déjà faites sur cette question du dialogue national et elles ont des visions communes sur beaucoup de points. «Il y a un certain nombre de points sur lesquels il y a une convergence de vue entre les deux organisations, Adema Association et le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) », laisse-t-elle entendre. En plus de ces rencontres d’échanges, les deux organisations envisagent, aux dires de Mme Sy Kadiatou Sow, des actions communes en faveur de la sortie de crise au Mali. « Le souci que nous avons aujourd’hui, c’est de sauver notre pays», dit-elle pour exprimer la disponibilité de son association pour la réussite du dialogue politique national.

Avant de terminer, l’hôte du FSD a précisé qu’au-delà des acteurs politiques connus, tous les Maliens sont interpellés pour sauver ce pays déjà « fragilisé ». « C’est l’ensemble du peuple qui doit, aujourd’hui, se tenir debout pour rependre son destin en main », conclut-elle.

Boureima Guindo

 

Source: lepays

MaliwebPolitique
Le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a reçu à son siège, le mardi 11 juin 2019, l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA -Association). L’occasion, pour les deux organisations, d’échanger sur les actions à entreprendre pour la réussite du dialogue national inclusif, afin de sauver le...