Pour la tenue des Assises Nationales de la Refondation, les autorités de la transition ont capitulé. 

 

C’est le moins qu’on puisse affirmer après la décision de décaler les dates de ces assises nationales auxquelles des acteurs politiques majeurs refusent de participer jusqu’à la preuve du contraire.

Un communiqué du Panel des Hautes Personnalités de la Refondation indique qu’en “raison des concertation entamées, depuis sa prise de fonction,  avec les forces vives de la Nation en vue de trouver le consensus le plus large possible pour une participation la plus inclusive,  les dates de la tenue des Assises Nationales de la Refondation ont été décalées”.

Le communiqué précise qu’un nouveau chronogramme sera annoncé à l’issue de ces concertations. Toutes les forces vives de la Nation demeurent mobilisées pour une participation active et de qualité aux débats à venir,  selon le document signé par le président du Panel, Zeyni Moulaye.

Une crise de confiance persiste entre le gouvernement de Transition et une partie de la classe politique. 

Celle-ci trouve que ces assises nationales voulues par le Premier ministre Dr Choguel K Maïga ne sont pas opportunes.  Mieux, ces acteurs trouvent le budget de ces assises coûteux pour un pays plongé dans une crise financière liée à la conjoncture économique qui n’épargne aucun Etat.  Le Mali traverse depuis quelques années une crise multidimensionnelle ;  la pandémie de la Covid-19 est venue aggraver la situation du pays déjà confronté à un problème politique et institutionnel.

En dépit des objections faites, le Premier ministre et son gouvernement s’activent pour la tenue de ces assises nationales.  Le Cadre d’Échanges des partis et regroupements des partis tout comme d’autres acteurs affichent leur refus de participer à ces assises sans la prise en compte d’un certain nombre de préalables.  Une des conditions que les acteurs posent pour leur participation est la formation d’un gouvernement d’union nationale.  Certains extrémistes ne voudraient même pas du Premier ministre Choguel pour aller à ces assises nationales.  Par contre des soutiens de la transition voient dans l’organisation des assises nationales une occasion inouïe pour poser les fondations d’un « Mali Koura ».

Pour le processus de ces assises, des personnalités maliennes sont désignées.  Le président Zeyni Moulaye se trouve être le président du Panel des personnalités de ces assises auxquelles le Premier ministre de la Transition, Dr Choguel Maïga tient beaucoup,  pour expliquer toutes les acrobaties en cours au Mali ces derniers temps.

Il (le Premier ministre) a rencontré les autorités traditionnelles et coutumières,  les mouvements armés et continue de multiplier les offensives pour la tenue de ces assises rejetées même par la CEDEAO qui ne voit pas leur nécessité dans cette phase cruciale pour le pays.  Conscient de l’ampleur du malentendu entre les acteurs maliens, le président de la Transition, le Col Assimi Goïta a pris le devant en initiant des rencontres.  Ainsi,  il a rencontré  plusieurs groupements politiques, parmi lesquels le Cadre d’Échanges des partis pour une transition réussie et le Mouvement du 5 juin.  Les échanges avaient porté essentiellement sur ces assises nationales qui pointent à l’horizon.

 

De cette rencontre avec le Chef de l’Etat,  il est ressorti que…

LAYA DIARRA 

Source : Le Soir De Bamako

MaliwebPolitique
Pour la tenue des Assises Nationales de la Refondation, les autorités de la transition ont capitulé.    C’est le moins qu’on puisse affirmer après la décision de décaler les dates de ces assises nationales auxquelles des acteurs politiques majeurs refusent de participer jusqu’à la preuve du contraire. Un communiqué du Panel des...