Le retour à Bamako de Hamed Diane Séméga, président du PDES, le parti des héritiers d’ATT, avait nourri d’espoir les militants; ils pensaient qu’à travers la candidature de Séméga à la future présidentielle, les amis d’ATT auraient  eu l’occasion de s’exprimer, de livrer au peuple les vérités du camp ATT vilipendé depuis un an. Espoir finalement déçu.pdes heritiers d att

Le choix de la commission

En effet, au soir de son retour à Bamako, Séméga a rencontré les militants et responsables au siège du parti. « Je suis venu, leur dit-il, écouter l’ensemble du peuple du PDES en vue de préparer la participation de notre parti mais aux prochaines élections.Je ne viens pas pour organiser ma propre candidature ». Une seconde rencontre entre Séméga et les siens se déroulera à  l’hôtel Kempesky de Bamako.  Une soixantaine de cadres y prennent part. La majorité des personnes présentes – au moins 40 – estiment que le parti doit présenter un candidat à l’élection présidentielle de juillet 2013.  C’est ainsi qu’une commission de 12 personnes est mise en place avec à sa tête l’honorable Ousmane Bah, député de Macina et président par intérim du PDES. Un délai de 48 heures est donné par Séméga à la commission pour  choisir un candidat devant porter le flambeau du parti à la présidentielle de juillet. Au lieu de clôre ses travaux dans les 48 heures imparties, la commission traîne les pieds; elle prend 8 jours pour établir des critères de candidature: culture générale du candidat, niveau d’études, fidélité au parti, mode de financement de la campagne…Une courte liste de 6 candidats émergent: Hamed Diane Séméga lui-même, madame HaidaraChatoCissé, Ely Poudiougou, Billy Touré,  Abdoulaye Nènè Diarra, SambouSarr et Cheick Sow. Cheick Sow et  Abdoulaye Nènè Diarra se retirent de la course  au profit de Séméga. La commission finit par proclamer les résultats: Hamed Diane Séméga se retrouve en tête, suivi de madame Haidara Chato   Cissé.
Le mardi 14 mai 2013, vers 18 heures, le Comité Directeur National (CDN) du PDES est convoqué pour entendre compte-rendu de la commission. Le rapporteur général de la commission, SidyBocoum,  lit les résultats qui désignent Séméga comme candidat; il lit ensuite les réserves qui, à l’interne, avaient été élevées par des membres de la commission contre cette candidature. Ce faisant, Bocoum viole une règle. De fait, il avait été convenu entre lesdits membres que ces réserves, une fois le choix du candidat établi, ne seraient pas lues afin de ne pas susciter de polémique. La lecture des réserves a pour effet immédiat d’entraîner, au niveau du Comité Directeur, une volée de bois vert contre le choix de la commission.Des contestataires en profitent pour critiquer les critères et les méthodes de la commission, mettant finalement en cause le choix même de Séméga comme candidat du parti.

Retrait de Séméga

Hamed Diane Séméga, se voyant contesté et pris à parti, prend la parole pour annoncer  le retrait  de sa candidature. Il fit savoir qu’il ne sert à rien d’être le porte-drapeau d’un parti qui a du mal à asseoir son unité et sa cohésion. « J’ai pris l’avion pour venir souder le parti, réconcilier les cœurs et d’esprits. Je ne viens pas pour diviser le parti.Par ailleurs, ma proximité avec l’ancien président ATT ne fait pas de doute.  Enfin, je n’ai jamais été mêlé de loin ou de près à des problèmes d’argent en République du Mali. Je reste toujours président du PDES mais pas son candidat pour 2013″, assène Séméga.
SidyBocoum a-t-il délibérément lu les réserves pour contrarier la candidature de Séméga ? Ou bien Séméga a-t-il profité de la première occasion pour retirer une candidature à laquelle il ne croyait pas ? En tout cas, il y a quelques semaines, une délégation du PDES composée, entre autres, d’Ousmane Bah, Dandara Touré, de GarbaMaiga et de SidyBocoum a rendu visite à l’ex-président Amadou Toumani Touré à Dakar. Ces cadres, à leur retour, ont rapporté qu’ATT leur a déclaré ne pas voir d’inconvénient à ce que le PDES présente un candidat à l’élection présidentielle si le parti pense pouvoir financer la campagne. Sachant que le parti ne dispose pas de ressources financières, ATT l’a donc laissé à son sort. Les barons du PDES, qui ne semblent pas prêts à se délester de leurs maigres économies, y ont vu un funeste présage. D’où le retrait de Séméga.
Dans les jours à venir, le président par intérim du parti, Ousmane Bah, devrait aux militants que le PDES ne présentera pas de candidat à la présidentielle de 2013. Ceux de ses responsables qui se présenteront le feront à titre personnel. Ce sera, par exemple, le cas de Madame Haidara ChatoCissé.

Abdoulaye Koné

MaliwebPolitique
Le retour à Bamako de Hamed Diane Séméga, président du PDES, le parti des héritiers d’ATT, avait nourri d’espoir les militants; ils pensaient qu’à travers la candidature de Séméga à la future présidentielle, les amis d’ATT auraient  eu l’occasion de s’exprimer, de livrer au peuple les vérités du camp...