Sans faire le prophète de Cassandre, l’ombre d’une véritable désillusion plane sur le parti de l’abeille au MALI. En effet, ce grand parti que fut l’Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA /P.A.S.J) de 1992 à 2002, ancien parti au pouvoir ; n’est plus que l’ombre de lui-même. Le parti reste diminué et même affaibli à telle enseigne que sa représentativité se pose avec acuité dans certaines circonscriptions. Hier adulé avec une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale, aujourd’hui le parti est pratiquement effacé à cause des basses manœuvres politiciennes et l’absence de ces cadres.

 tiemoko sangare president adema pasj

Trahison, coups bas, guerres de leadership sont devenus monnaie courante. Les conséquences furent fâcheuses et incalculables sur la vie du parti de l’abeille solitaire. De scission en scission, les compagnons du Président  Alpha Oumar Konaré, ont du mal à vivre à en vivre en bonne intelligence.

Le problème au sein du parti a, en effet, pris corps en 2002  lorsque le C.E de l’Adema a refusé contre toutes attentes à prendre sous aile la candidature de Soumaila Clissé pourtant victorieux des primaires. A cette situation, il faut ajouter les multiples candidats à la Présidentielle qui sont venus de l’ADEMA à la grande surprise des militants. L’Adema perd les élections face à A.T.T, mais refuse de se ranger dans l’opposition. Les cadres ont préféré rejoindre la soupe.

En 2013, le parti de l’abeille réédite la même réalité. Dramane Dembélé, candidat arrivé en 3ème position apporte son soutien à  l’actuel Président de la République. Depuis, l’Adema est au four et au moulin avec I.B.K.

Qui est fou pour nous faire admettre que l’ADEMA présentera une candidature interne à la présidentielle de 2018 ? C’est prendre les Maliens pour des incultes qui ignorent tout, jusqu’à  l’histoire politique contemporaine de leur pays. Le parti de l’abeille solitaire n’a pas la culture de l’opposition. Pour ses cadres, l’opposition est le symbole de la galère, de la pauvreté et de la  misère. Ils  n’ont pas habitué leurs progénitures au train de vie du Malien moyen. Par conséquent, l’ADEMA n’ira jamais dans l’opposition.

C’est pourquoi, la candidature interne à l’Adema n’est ni plus ni moins qu’un faux débat. S’il arrivait que le C.E désigne un porte drapeau pour  la Magistrature suprême, rassurez-vous, que ce candidat n’aura aucune chance de réussite. C’est juste une astuce ou un moyen  pour amuser la galerie afin de permettre à IBK de remporter un second souffle. Là encore, l’ADEMA sera toujours à ses côtés pour occuper des postes.

Moussa Wélé DIALLO

MaliwebPolitique
Sans faire le prophète de Cassandre, l’ombre d’une véritable désillusion plane sur le parti de l’abeille au MALI. En effet, ce grand parti que fut l’Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA /P.A.S.J) de 1992 à 2002, ancien parti au pouvoir ; n’est plus que l’ombre de lui-même. Le...