Le torchon brûle entre le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et sa famille politique le Rassemblement pour le Mali (RPM). A l’issue de la rencontre qu’il a eu avec le groupe parlementaire de ce parti, le dimanche dernier, IBK aurait purement et simplement décliné l’offre du RPM de susciter sa candidature lors d’une convention nationale.

Ils étaient presque tous présents, les députés du groupe parlementaire RPM à la rencontre avec le président IBK.  Pour la circonstance chacun était habillé de ses plus beaux boubous. C’est quand même une grande occasion et le boss n’aiment pas qu’on s’habille en haillon. L’objet de cette rencontre rarissime rentre dans le cadre de la perspective 2018. Il s’agit pour eux de venir prendre un mot d’ordre ou la démarche à suivre dans cette période de précampagne avant à l’heure.

Ainsi, nos sources parlementaires rapportent que c’est le président du groupe parlementaire Sory Ibrahim Kouriba qui ouvra les débats. Au nom de tous les camarades, il aurait affirmé au président IBK leur volonté d’organiser une convent ion nationale et de susciter sa candidature. Il n’en fallait pas plus pour provoquer l’ire du maître des céans, rapporte nos sources. IBK aurait, sur un ton soutenu et  avec le verbe qu’on lui connait,  demander au président Kouriba de retirer ce qu’il venait dire. Le président lui aurait indiqué que ce n’est pas au RPM de susciter ou de porter sa candidature. Car cette dernière serait avant tout une décision personnelle. Mieux, nos sources ajoutent qu’IBK aurait soutenu que même s’il venait à se décider par rapport à sa candidature, ce ne serait pas au RPM de la porter.

Cette déclaration du patron aurait laissé les « honorables » députés joliment habillés sans voix. Ils auraient été aussi interloqués que choqués.

Sur ce, le président Kouriba aurait perdu le fil conducteur de son discours qui aurait pris fin ainsi.

Joint au téléphone, le président Sory Ibrahim Kouriba a affirmé que la rencontre s’est tenue à huis-clos et que ce n’est pas à lui de dire ce qui s’était passé dans cette salle quand bien même qu’il a conduit la délégation. Il renvoie à celui qui rapporte les allégations de donner la suite. Quant à lui, il n’a rien à déclaré, sauf qu’il n’a pas été interrompu dans son discours.

Cette version du président laisse croire que nos sources ne se sont pas totalement trompées.

Cela vient confirmer la position présidentielle selon laquelle, le RPM n’est pas à la base du « plébiscite » de 2013. Aussi, IBK aime à le répéter à volonté que sa victoire n’est due à personne encore moins à son parti. Cela, chaque fois que quelqu’un notamment sa famille politique (pléthorique, incolore et inodore) essaie de réclamer la paternité de ce succès historique.

Cette prise de position d’IBK s’expliquerait aisément par le comportement de certains membres de cette grande famille. Certains utilisent le label et le nom du parti à des fins inavouées.

Aussi, quelques jours après cette rencontre, l’ancien secrétaire à la communication du bureau exécutif,  Mamadou Diallo a décidé de jeter l’éponge et rallier le camp du parti URD à l’opposition. Un témoignage éloquent du malaise généralisé au sein de la famille du présidentielle.

Dieu veille !

Hamadoun KARA

Par Azalaï-Express

MaliwebMali actuMalijetMaliweb Malijet MaliactuPolitique
Le torchon brûle entre le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et sa famille politique le Rassemblement pour le Mali (RPM). A l’issue de la rencontre qu’il a eu avec le groupe parlementaire de ce parti, le dimanche dernier, IBK aurait purement et simplement décliné l’offre du RPM...