Il cherche un prétexte pour ne pas aller aux urnes en inventant de « fraudes planifiées » dans le fichier électoral

Pendant que le chef de file de l’opposition est sur le terrain ce vendredi 20 juillet, sa direction de campagne, conduite par TiebiléDramé, organise à Bamako une conférence de presse pour dénoncer des prétendues “fraudes électorales”. Auparavant, le directeur de campagne de Soumaila Cissé, accompagné d’une délégation, avait rencontré le Premier ministre SoumeylouBoubèyeMaiga sur la même question. Les assurances données n’ont pas suffi à l’opposition qui parle de “fraudes planifiées”, alors qu’il n’en est rien. En fait, le fichier électoral malien à été audité par l’OIF, qui l’a jugé fiable. C’est sur cette base que les cartes d’électeurs biométriques ont été confectionnées par l’Imprimerie de France. Un huissier a participé au processus d’élaboration des cartes. Aujourd’hui, l’opposition parle de fichier double, avec des doublons portant sur plus de 200 000 électeurs.

Le général Chaka Sangaré, responsable du fichier électoral, un des plus grands spécialistes du continent conteste les accusations de l’opposition. Il persiste et signe: “il n’y a qu’un seul fichier. Il est fiable, et se trouve sur le site de la Délégation générale aux élections. Les cartes d’électeurs sont issues de ce fichier”. Avant de préciser: ” S’il y’a des erreurs, nous les corrigerons ensemble, mais le fichier est unique et transparent. La loi nous oblige pas à mettre le fichier en ligne. C’est par souci de transparence que nous l’avons fait”.

En réalité, l’opposition de Soumaila Cissé panique. Elle cherche un prétexte pour ne pas aller aux urnes. En effet, après deux semaines de campagne apaisée, Soumi champion, comme on l’appelle dans son parti, s’est rendu compte qu’IBK est de loin devant lui sur le terrain. Partout où le Président sortant passe, il draine les foules, tandis que le candidat de l’URD est obligé par endroit d’annuler des meetings programmés dans des stades pour les tenir finalement dans des petites salles.

Les récentes visites d’IBK à Gao, Kidal et Tombouctou, ont fini par convaincre les plus sceptiques. Parce qu”IBK a sillonné les régions du nord dont est originaire Soumaila Cissé, avec une mobilisation exceptionnelle. Dans la ville natale, Tombouctou, la Cité des 333 saints, IBK a été honoré dans la mosquée de Sankoré, jadis Cité universitaire, à travers une cérémonie de turban, au cours de laquelle, il à été béni urbi et orbi. Avant de prendre un bain de foule sur les dunes qui portent le nom de cette prestigieuse université.

La panique s’installe vraisemblablement dans le camp du leader de l’opposition, au point que son directeur de campagne envisage le retrait de Soumi de la course. Il joue sa dernière chance après avoir perdu en 2002 contre ATT et en 2013 contre IBK. S’il perd cette année (un scénario plausible), il serait contraint de se retirer de la politique pour s’occuper de ses petits enfants, et gérer tranquillement sa fortune dont il est crédité au bord du fleuve Niger, dans un secteur huppé du quartier Badalabougou, où sa résidence principale donne dos au fleuve.

En tout cas, C’est le premier quiproquo de la campagne électorale. Les autorités rassurent, Soumaila Cissé tentent de chercher des poux sur des têtes rasées afin de boycotter le processus électoral, et de discréditer le pays. A suivre.

Ibrahim Ouane

Source: Le 22 Septembre

MaliwebmaliwebPolitique
Il cherche un prétexte pour ne pas aller aux urnes en inventant de « fraudes planifiées » dans le fichier électoral Pendant que le chef de file de l’opposition est sur le terrain ce vendredi 20 juillet, sa direction de campagne, conduite par TiebiléDramé, organise à Bamako une conférence de presse pour...