Quelques jours après sa démission, le général Moussa Sinko Coulibaly s’organise déjà. Selon nos confrères de RFI, “en fait, une équipe de campagne se met en place. Elle est notamment composée de cadres ayant occupé de hautes fonctions au Mali, mais aussi d’associations et de partis politiques maliens. Un seul slogan : “En 2018, le président IBK doit partir”.

Pour le moment, le général démissionnaire ne se déclare pas candidat à l’élection présidentielle de 2018, mais il organise son camp pour cette échéance cruciale. “Je fais partie de ceux qui souhaitent aujourd’hui ce changement et je souhaite mettre toute mon énergie et toute ma force au service” pour  “mobiliser une majorité de Maliens, de Kayes à Kidal, toutes communautés confondues”. “Nous ne pensons pas qu’aujourd’hui ce soit la préoccupation première de l’équipe qui est en place”. L’ex-militaire appelle de ses vœux un “renouveau et une nouvelle gouvernance ici, au Mali”.

En tout cas, sa sortie a provoqué un électrochoc au sein de l’armée ainsi qu’au sein de la classe politique.

M. D.

Source: L indicateur du renouveau

MaliwebMaliweb Malijet MaliactuPolitiqueKAYES,moussa sinko coulibaly
Quelques jours après sa démission, le général Moussa Sinko Coulibaly s’organise déjà. Selon nos confrères de RFI, “en fait, une équipe de campagne se met en place. Elle est notamment composée de cadres ayant occupé de hautes fonctions au Mali, mais aussi d’associations et de partis politiques maliens. Un...