Le dimanche 8 avril dernier, l’ancien Premier ministre, Moussa MARA, s’est porté candidat à la présentielle du 29 juillet 2018. Vingt-quatre heures après cette déclaration, le président du Parti Yèlèma était face à la presse, avant-hier lundi, à la Maison de la presse du Mali. Au cours de cette rencontre avec les hommes de média, Moussa MARA s’est appesanti sur les raisons qui l’ont motivé à se lancer à la conquête de Koulouba cette année.

Cette conférence de presse s’est déroulée en présence des responsables, des membres de mouvements pour le changement ; du chroniqueur Ras-Bath ; du représentant de l’ADP-Mali ; de la direction politique du Parti Yèlèma.
Dans sa déclaration liminaire, l’ancien maire de la commune IV de Bamako, expert-comptable, a égrené les 4 principaux axes de sa campagne, à savoir : le «renouvellement du leadership» ; la « lutte contre la corruption des élites » ; la «décentralisation» et «l’augmentation des revenus des plus défavorisés ».
En revanche, rien ou presque sur la lutte contre l’insécurité récurrente dans le Centre et le Nord du pays.
Dans son intervention, il a beaucoup insisté sur : le «renouvellement du leadership». Se posant en candidat de la jeunesse et du changement, il rappelle que la grande majorité des Maliens a moins de 30 ans et que le pays ne peut plus avoir un leadership qui recycle les mêmes recettes depuis des décades, sans succès.
Pour l’ancien Premier, notre pays éprouve aujourd’hui un besoin ardent d’idées novatrices, pragmatiques et concrètes portées par des responsables neufs et à même de répondre aux aspirations de chaque citoyen.
«Ces dernières années, j’ai parcouru 40 cercles, plus de 200 communes que compte notre pays et 50 pays en dehors du Mali pour aller à la rencontre des Maliens là où ils vivent. Cela m’a permis de mesurer pleinement les défis, les réalités et les difficultés auxquels sont confrontées nos populations, mais aussi les énormes potentialités de notre pays», a dit Moussa MARA.
Avant d’ajouter : «je m’engage à déployer toute mon énergie pour restaurer la confiance entre nous, indispensable au rassemblement et à l’unité nationale».
S’agissant de la situation sécuritaire qui empêche le Mali de se développer, il a mis l’accent sur l’accélération de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Une préoccupation, dit-il, qui sera au centre de sa candidature.
M. MARA se positionne comme un homme de situation capable de lutter contre la corruption des leaders.
Outre la lutte contre la corruption et la pauvreté, le problème du changement a été au centre de la conférence de presse. «J’ai un projet pour mon pays. J’ai des solutions pour mon pays. Ensemble, nous allons reconstruire le Mali, le Mali nouveau», a assuré M. MARA.
Rappelons que Moussa MARA avait été en 2013, ministre de l’Urbanisme puis Premier ministre d’avril 2014 à janvier 2015. Il a été remplacé en janvier 2015 par Modibo KEÏTA à la suite de son voyage à Kidal, le fief de la rébellion touarègue, en mai 2014, déplacement au cours duquel des affrontements meurtriers entre rebelles touareg et militaires maliens l’avaient contraint, avec sa délégation, à abandonner la ville aux assaillants.

Par Abdoulaye OUATTARA

info-matin

MaliwebPolitiquemoussa mara
Le dimanche 8 avril dernier, l’ancien Premier ministre, Moussa MARA, s’est porté candidat à la présentielle du 29 juillet 2018. Vingt-quatre heures après cette déclaration, le président du Parti Yèlèma était face à la presse, avant-hier lundi, à la Maison de la presse du Mali. Au cours de cette...