Lundi 7 mai 2018, une information comparable à un coup de tonnerre s’est abattue sur le parti de l’ex-président de la République du Mali, Alpha Oumar Konaré. L’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema) est en mal d’avoir un candidat pour les élections de juillet 2018 après le refus de Dioncounda Traoré de porter le drapeau du parti. Cette décision risque de disperser les abeilles.

Investi candidat par ses pairs, Dioncounda Traoré, ex-président du Mali lors de la transition de 2012-2013, a rendu officiel sa décision de ne pas être le porte-étendard de l’ADEMA/PAJ. C’était le lundi 7 mai 2018 lors d’une rencontre entre les responsables du parti.  Dioncounda Traoré en tant que membre fondateur de ce parti risque avec cette décision de mettre les abeilles dans une position délicate qui n’honore nullement le parti. Il était l’espoir de ses pairs qui voyaient d’ores et déjà  le parti ADEMA à la tête de l’État en tant que parti de la majorité présidentielle. Pourtant cette décision du professeur n’est pas ébahissante si nous savons qu’il y a de cela près d’un mois, il confiait au micro de nos confrères du groupe Renouveau son intention : « Je n’ai dit à personne que j’ai accepté d’être candidat. Tout ça est faux. »

Ce refus de Pr Diouncounda Traoré est un coup dur pour le parti qui se trouvera en mal de se trouver un autre candidat. Il faut rappeler que l’ADEMA constitue un grand parti avec près d’une vingtaine de députés au sein de l’Assemblée nationale. Mais des inquiétudes subsistent avec la déclaration de la candidature d’Ibrahim Boubacar Keita aux élections de 2018 le lundi dernier. Avec cette annonce, ces députés ne s’aventureront pas à marcher en rang dispersé avec le parti présidentiel de peur de perdre leur poste au parlement.

Tout compte fait cette décision ne peut nous laisser sans question. Quelles sont les raisons du refus du professeur de se porter candidat aux élections ? Ne voudrait-il plus se mêler de politique après toutes les difficultés qu’il a eues durant la transition de gérer les citoyens maliens ? Faudrait-il dire que la politique de la force majoritaire a le vent en poupe ? Est-elle sur le point d’asphyxier tous les autres partis ? Les élections présidentielles de juillet prochain réservent énormément de surprises pour le Mali et surtout aux différents partis.

L’avenir du parti abeille est critique. Ses membres risquent de marcher en rang dispersé lors des élections présidentielles à venir faute d’avoir un candidat qui portera les couleurs du parti. Cette situation est décevante pour ce parti. Que dira aujourd’hui le Pr Alpha Oumar Konaré en voyant son parti dans une telle agonie ? N’est-il pas lui-même celui qui a creusé le fossé dans lequel le parti s’engouffre maintenant ?

Au Mali, on a l’impression qu’une fois qu’un membre d’un parti accède au pouvoir, ce dernier déploie tous les mécanismes pour détruire complètement le parti durant son mandat. Le RPM présentement est un parti qui se trouve en agonie pour ne plus avoir assez de membres à ses côtés.

Les abeilles sont alors sur le point de se disperser avant les élections présidentielles de 2018 prévues pour le mois de juillet. Cette situation profitera certainement à d’autres partis.

Fousseni TOGOLA

Le Pays

MaliwebPolitiqueibrahim boubacar keita
Lundi 7 mai 2018, une information comparable à un coup de tonnerre s’est abattue sur le parti de l’ex-président de la République du Mali, Alpha Oumar Konaré. L’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema) est en mal d’avoir un candidat pour les élections de juillet 2018 après le refus...