L’affaire impliquant sept personnalités, notamment, l’ancien premier ministre Boubou Cissé, n’a pas encore été « vidé » même si la Cour d’appel estime qu’il s’agit d’un dossier « vide ». Car après avoir prononcé hier mardi, dans l’après-midi, l’annulation des poursuites contre les personnes présumées de « complot contre le gouvernement », quelques heures plus tard, une décision contraire, émanant du procureur général, s’est opposée à la mise en liberté des personnes impliquées dans ce dossier riche en imbroglio.

Du début de l’affaire, la défense dans cette affaire ne cesse de dénoncer l’« implication » des  services de renseignement dans ce dossier. Toute chose qui viole les principes de la procédure pénale selon eux, et leur fonde à plaider contre une tentative d’« instrumentalisation » de la justice qui ne doit pas passer.

Toutefois, l’on se demande, comment est-ce qu’un dossier aussi important, riche en implications de hautes personnalités et cadres de l’Etat, tarde à établir de preuves tangibles. En tous cas, l’opposition du procureur général à la décision de mise en liberté, pourrait sous-entendre de quoi à incriminer les personnes présumées. Cependant, « preuve, où es-tu ? » se demandent bon nombre de maliens assoiffés du dénouement rapide de cette affaire.

Ousmane Tangara

Source: Bamako News

MaliwebMaliweb Malijet MaliactuPolitique
L’affaire impliquant sept personnalités, notamment, l’ancien premier ministre Boubou Cissé, n’a pas encore été « vidé » même si la Cour d’appel estime qu’il s’agit d’un dossier « vide ». Car après avoir prononcé hier mardi, dans l’après-midi, l’annulation des poursuites contre les personnes présumées de « complot contre...