Obnubilé par sa guerre pour le pouvoir, Soumi champion a-t-il remarqué que les 5 piliers de son projet ne sont que la réplique, mieux la copie conforme du Projet présidentiel, ‘’le Mali d’abord’’ de juin 2013, du candidat Ibrahim Boubacar KEITA ? Plagiat, recyclage ? L’alternance prônée par le candidat de l’URD semble mort-née. Parallèle de deux projets aux similarités saisissantes.

Le candidat à l’élection présidentielle, Soumaïla CISSE, parlant de son projet, lors du lancement de sa campagne, dimanche 8 juillet dernier, sur le Boulevard de l’indépendance, a affirmé qu’il est fondé sur cinq piliers : restaurer la paix, la sécurité du pays et l’autorité de l’État ; instaurer un véritable dialogue entre tous les Maliens ; mettre l’État au service des populations ; donner aux jeunes et aux femmes la place qui leur est due et construire une économie performante et solidaire.
Dans le Projet présidentiel ‘’le Mali d’abord’’ de juin 2013 de Ibrahim Boubacar KEITA, on retrouve : Réconcilier les Maliens et rétablir durablement la paix et la souveraineté ; refonder le dispositif de défense et de sécurité ; des mesures pour soutenir la création d’emplois ; accroitre la contribution des femmes au développement économique et social ; permettre une croissance forte, durable et inclusive…
Les éléments clés, tels la paix, la sécurité, l’autorité de l’État, la création d’emploi, la réconciliation, le soutien aux femmes, la croissance économique, sont communs à ces deux projets.
Une des accusations les plus constantes, depuis l’élection du Président IBK en 2013, est qu’il n’avait ni projet ni programme. Ironie de l’histoire, ce qu’il a présenté en 20 013, dans son Projet présidentiel ‘’le Mali d’abord’’, constitue aujourd’hui la substance du projet de son adversaire au second tour de 2013, lors de la dernière présidentielle.
Le plagiat des expressions, on l’a vu et accepté à cause de la disette créative et du manque de conviction de nombre d’adversaires politiques. ‘’Kelè ko tè’’ est devenue une de ces expressions les plus fréquentes sur les langues des adversaires politiques du Président IBK.
À leur corps défendant, les électeurs doivent également subir le plagiat du projet présidentiel ‘’le Mali d’abord’’, pourtant présenté comme la cause de tous les malheurs du Mali. La question que l’on devrait sérieusement se poser est de savoir comment un projet, qui aurait montré toutes ses limites en cinq ans de pratique, repris par un autre candidat, pourrait permettre de réaliser un miracle. S’il est possible de répondre par l’affirmative, c’est alors que le Président IBK avait bel et bien un projet, de surcroît porteur puisqu’il fait l’objet de plagiat de la part de son rival le plus sérieux.
S’il est également possible de répondre par l’affirmative, c’est que le Président sortant n’aura alors été que la victime expiatoire de propos délibérément fallacieux.
Enfin, s’il est possible de répondre par l’affirmation, c’est que l’on confesse que des marchands de sommeil viennent vendre un produit recyclé aux mêmes personnes, en changeant simplement d’emballage.
En ce qui concerne IBK, il disait, en 2013, dans son discours de lancement de campagne : ‘’si vous me donnez votre confiance, l’une de mes priorités sera la réconciliation nationale. Je veux recoudre le tissu national abîmé, déchiré par des mois de crise. Pour réussir, j’appellerai à un vaste dialogue national. C’est une urgence absolue. Je convoquerai les Assises nationales du Nord avant la fin 2013’’. L’engagement a été tenu.
Il a également promis : ‘’ma deuxième priorité, aussi pressante que la première, sera votre sécurité. Car aucun pays ne peut se développer dans la peur, aucun pays ne peut entamer sa marche en avant si les biens et les personnes ne sont pas sécurisés’’.
Cette promesse s’est traduite par une Loi d’orientation et de programmation militaire. Le texte prévoit un immense investissement pour l’armée, d’un montant de 1 230 563 milliards FCFA sur la période 2015-2019.
Il y a aussi une Loi de programmation relative à la sécurité intérieure d’un montant de 446 milliards FCFA pour les années 2017-2021.
Voici les autres engagements : ‘’si les Maliens m’accordent leur confiance, l’une des premières tâches auxquelles je me consacrerais sera de reconstruire un État digne de ce nom. Un État fort au service de l’efficacité, et dont l’un des socles devra être la justice et la bonne gouvernance’’.
‘’Dès le début de mon mandat, j’engagerai le retour effectif de l’administration et des services de base dans les régions nord. Je n’accepterai plus que les Maliens de Tombouctou, Gao et Kidal ne jouissent pas de l’électricité ni de l’eau courante’’.
‘’Le chômage des jeunes est, parmi les maux qui affligent notre société, un des plus douloureux. (…) Tout sera mis en œuvre pour créer des emplois en nombre suffisant pour tous ceux qui y aspirent’’.
En quoi ces engagements diffèrent-ils des 5 piliers du projet de Soumi ? Visiblement, il n’y a pour le moment rien de nouveau sous le ciel malien.

Par Bertin DAKOUO

Info-matin

MaliwebPolitiqueibrahim boubacar keita
Obnubilé par sa guerre pour le pouvoir, Soumi champion a-t-il remarqué que les 5 piliers de son projet ne sont que la réplique, mieux la copie conforme du Projet présidentiel, ‘’le Mali d’abord’’ de juin 2013, du candidat Ibrahim Boubacar KEITA ? Plagiat, recyclage ? L’alternance prônée par le...