Dans la mouvance présidentielle, les candidats à l’élection présidentielle soumettent leurs projets de société au Peuple en vue de bénéficier  de leur soutien. Sur quelques candidats qui se sont prononcés là-dessus, des choses impossibles à réaliser sont promises : les voici.

Le Candidat de l’URD, Soumaïla Cissé , dans son projet de société, promet d’augmenter, une fois élu président de la République, le Budget d’Etat à 9000 milliards FCFA, alors qu’il est de 2000 milliards présentement.

Ensuite, l’Honorable parle de la création d’une deuxième ville dénommée ‘’Soundjata City’’ à Koulikoro ainsi que 5000 logements sociaux par an et par corps (Enseignants, Médecins,…).

Aliou Boubacar Diallo, candidat de l’ADP-Maliba, de son côté, va plus loin en promettant  1.200.000 d’emplois aux jeunes en cinq ans.

Au champ hippique de Missira, en Commune II du District de Bamako, qui a servi le cadre de lancement officiel de sa campagne, le samedi 7 juillet, le candidat de l’ADP-Maliba, Aliou B. Diallo a dit qu’il a construit des routes, des ponts, des centres de santé, des écoles et des mosquées en tant que simple citoyen.  Donc, «Élu Président de la République, je le ferais plus aisément», a-t-il lancé ajoutant qu’il va lutter contre la pauvreté et créer de l’emploi aux jeunes.  Dans son plan Marshall qu’il propose,  il promet d’augmenter le Budget d’Etat d’au moins 15.000 milliards FCFA.

Dans le même ordre d’idées, Dramane Dembélé, également  candidat à la présidentielle, estime que son projet de société n’est pas audacieux et propose, lui, de lancer les vannes de la richesse de notre pays pour assurer son indépendance économique.

Niankoro Yeah Samaké, le mardi 10 juillet, était face aux médias à la maison de la presse pour expliquer son projet de société.

A l’en croire, il est prévu dans son projet, la création de 250.000 emplois par la mise en place d’un programme d’appui au montage de projets et d’accompagnement des Jeunes entrepreneurs à travers le Fonds de Promotion de l’Innovation et l’Investissement : en moyenne 50.000 projets seront concernés chaque année pour un engagement total de 150 Milliards sur 5 ans.

Pour lui, les différents projets de société des candidats se ressemblent et ce qui n’est pas bon pour notre pays. C’est pourquoi, explique-t-il, son projet est un projet audacieux qui prend en compte la paix, la stabilité et la prospérité au Mali.
A ses lots de promesses de campagne très loin de la réalité du pays, le Président du parti CNID FYT, Me Mountaga Tall, et candidat de l’UMA (UNIS POUR LE MALI) rejoigne, dans ses promesses, les autorités traditionnelles (musulmanes, et sociétales) pour leur accorder la primeur, en écoutant leurs orientations et implorant leurs bénédictions, une fois élu Président de la République.

Sans langue du bois, les promesses de campagnes sont des leurres. Le Mali étant un pays pauvre la réalisation de ce que ces différents candidats annoncent comme projets à réaliser sont quasiment impossibles à tenir. Cela, du moins, à plusieurs égards.

H.S

Le SOFT

MaliwebPolitiqueMountaga Tall
Dans la mouvance présidentielle, les candidats à l’élection présidentielle soumettent leurs projets de société au Peuple en vue de bénéficier  de leur soutien. Sur quelques candidats qui se sont prononcés là-dessus, des choses impossibles à réaliser sont promises : les voici. Le Candidat de l’URD, Soumaïla Cissé , dans son projet de...