Le Sommet Extraordinaire de la CEDEAO tenu entre les chefs d’Etat sur la crise malienne par téléconférence a connu quelques soucis particulièrement liés à certains propos qu’on aurait attribués injustement à IBK par le confrère de RFI au Niger.

La Présidence malienne a tenu à démentir l’information. Selon l’article publié sur le site de RFI et l’information passée dans le journal, selon le journaliste

« le Président IBK a eu des mots très durs à l’égard de l’opposition et l’Imam Dicko ». « Le correspondant d’une radio étrangère en poste dans une capitale d’un État membre de la CEDEAO prête au Président Ibrahim Boubacar Keita des propos musclés contre l’imam Dicko lors du Sommet Extraordinaire tenu ce 27 juillet 2020 sur la crise malienne. Les déclarations dudit correspondant sont entièrement fantaisistes », a publié la présidence sur sa page Facebook dans les minutes qui ont suivi le journal.

Lisez l’intégralité de l’article Crise au Mali :

« La crédibilité de la Cédéao est en jeu », estime Alassane Ouattara

Les chefs d’État de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sont réunis, ce lundi 27 juillet, en Sommet Extraordinaire. Cette réunion par visio-conférence est présidée par le président du Niger, Mahamadou Issoufou, actuel président en exercice de la Cédéao. L’objectif est d’aider le Mali à sortir de la crise politique. Un certain nombre de chefs d’État ont déjà pris la parole et d’une manière générale ils sont unanimes à dire qu’il faut une solution à la crise malienne. Pour le président Macky Sall du Sénégal, la Cédéao est dans son rôle de prévention des conflits et de sauvegarde de la paix dans l’espace des seize pays.

« La crédibilité de la Cédéao est en jeu dans cette crise », a déclaré pour sa part Alassane Ouattara de la Côte- d’Ivoire. « Nous sommes du côté du peuple malien, mais nous ne sommes pas du côté du désordre », a-t-il ajouté. Tout en acceptant les conclusions des médiateurs de la Cédéao, Alassane Ouattara a exigé la démission immédiate des 31 députés contestés par la population ou tout au moins leur suspension, l’élection d’un nouveau bureau de l’Assemblée Nationale malienne et une Cour Constitutionnelle recomposée. Ibrahim Boubacar Keïta attaque directement l’imam Dicko.

Par ailleurs, les chefs d’État de l’Institution Sous-régionale ont tous accepté le principe de sanctions ciblées contre tous ceux qui s’opposeront au retour de la stabilité du Mali. Quant au président malien, très attendu dans son intervention et soutenu par ses frères, il a eu des mots très durs à l’égard de son opposition et de l’imam Dicko. Selon Ibrahim Boubacar Keïta, le but de ces manifestations organisées par l’imam Dicko est de conduire à une transition dirigée par le célèbre marabout et qui devrait ouvrir la voie à un État islamique. Le président malien ajoute : « C’est là, la rançon de guerre de l’imam Dicko, un crime impardonnable. »

Tout en dénonçant l’arrogance de l’imam Dicko vis-à-vis des chefs d’État de la Cédéao, Ibrahim Boubacar Keïta leur a parlé d’un coup d’État rampant des opposants. « L’imam Dicko est acculé, selon IBK. Il est sorti de sa tanière et son projet est dévoilé ». Enfin, le président malien a déclaré qu’il adhère aux conclusions du rapport de la Cédéao. La conférence doit se poursuivre désormais autour d’un débat entre les chefs d’État. Moussa Kaka, correspondant Rfi à Niamey

Kadoasso.I

Source: NOUVEL HORIZON

MaliwebmaliwebPolitique
Le Sommet Extraordinaire de la CEDEAO tenu entre les chefs d’Etat sur la crise malienne par téléconférence a connu quelques soucis particulièrement liés à certains propos qu’on aurait attribués injustement à IBK par le confrère de RFI au Niger. La Présidence malienne a tenu à démentir l’information. Selon l’article publié...