Le Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM-Fasoko) est au bord de l’implosion depuis la tenue du congrès du 26 décembre dernier sur fond de contestation. Les contestataires du bureau issu de ce congrès annoncent de nouvelles assises  extraordinaires ce 27 février.

 

 

A un an de l’élection présidentielle, le PRVM est plus que jamais divisé. Pour cause : 36 sur les 49 sections qui constituent le parti du Chameau organiseront un congrès extraordinaire le 27 février prochain pour bouter en touche le président Mamadou Oumar Sidibé. Les contestataires, déterminés, demandent le départ de la direction de ce dernier dont ils contestent l’élection.

Lors d’un point presse animé en fin de la semaine dernière à Bamako, les frondeurs ont dénoncé les assises de décembre 2020 en les qualifiant d’exclusives et sélectives. Pis ils ont fustigé la décision du bureau de Mamadou Sidibé qui a décidé de façon unilatérale et en violation des textes du parti de la radiation de 53 cadres importants du parti. Ce qui aurait justifié la démarche de plus d’une trentaine de sections qui, selon un document distribué à la presse, ont donné un avis favorable à l’organisation d’un autre congrès. Ces sections qui aspirent au changement sont au nombre de 36 réparties dans presque toutes les régions du Mali et le district de Bamako. Les délégués de ces sections estiment qu’ils ont été empêchés d’accéder aux différentes salles retenues le 26 décembre pour le congrès à cause du monopole des badges par les délégués favorables à l’élection de Mamadou Sidibé.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

MaliwebPolitique
Le Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM-Fasoko) est au bord de l’implosion depuis la tenue du congrès du 26 décembre dernier sur fond de contestation. Les contestataires du bureau issu de ce congrès annoncent de nouvelles assises  extraordinaires ce 27 février.     A un an de l’élection présidentielle, le PRVM est...