De plus en plus, il y a des divergences de vues entre la Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (CMAS) et le Mouvement du 5 Juin- Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP). La question qui revient sur les lèvres est la suivante : le M5-RFP peut-il secouer le Président IBK et son régime sans la CMAS de l’imam Mahmoud Dicko ?

 

Dans la pratique, il a été prouvé qu’il est extrêmement difficile que des Organisations de la Société Civile et des partis politiques cheminent ensemble. Il faut préciser qu’ils n’ont pas les mêmes visions et les mêmes objectifs.

Les formations politiques ne visent que la conquête et l’exercice du pouvoir. Du côté des Organisations de la Société Civile, la vision est tout autre. Les uns et les autres se rappellent le cas de la Coordination des Organisations Patriotiques du Mali (COPAM) et du Front pour la Démocratie et la République (FDR). Deux grands regroupements créés après le Coup d’Etat du 22 Mars 2012 contre l’ancien Président Amadou Toumani Touré. Le Front pour la Démocratie et la République (FDR) était farouchement opposé au Coup d’Etat, tandis que la Coordination des Organisations Patriotiques du Mali (COPAM) soutenait les putschistes.

Au bout du compte, les deux regroupements ont volé en éclats, parce que tout simplement les partis politiques et les autres organisations n’avaient pas les mêmes missions. Déjà c’est le même scénario qui se dessine au sein du Mouvement du 5 Juin- Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP). La Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (CMAS) qui est une Organisation de la Société Civile commence à prendre ses distances. Il faut préciser que l’ancien président du Haut Conseil Islamique, l’imam Mahmoud Dicko est l’autorité morale du M5-RFP. Cela constitue plus qu’un coup dur pour les responsables de cette organisation aux trousses du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta et son régime. Les autres demandent le départ du Président IBK et de son régime.

 La Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (CMAS) n’est plus dans cette dynamique. Les Chefs d’Etat et de Gouvernements de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont été très clairs sur la question. Pour ceux-ci, le départ de Président IBK est une « ligne rouge » à ne pas franchir.

Que « l’arbre ne cache pas la forêt !». Le M5-RFP se repose sur son autorité morale, l’imam Mahmoud Dicko qui jouit d’une très grande popularité au sein de l’opinion. Il est connu pour son franc -parler et ses prises de positions chaque fois que cela est nécessaire. C’est ce qui fait qu’une frange importante de la population malienne a confiance en lui depuis des décennies. Selon des observateurs avertis de la scène politique, le départ du Président IBK créerait plus de problèmes que de solutions. Les quelques jours de (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU VENDREDI 07 AOÛT 2020

Tougouna A. TRAORE

NOUVEL HORIZON

MaliwebPolitique
De plus en plus, il y a des divergences de vues entre la Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (CMAS) et le Mouvement du 5 Juin- Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP). La question qui revient sur les lèvres est la suivante : le M5-RFP peut-il secouer le Président...