Les partis de l’alliance EPM (Ensemble Pour le Mali) ont organisé une journée de réflexion en vue d’adapter leur contribution à la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles pour la bonne organisation des élections au Mali. La cérémonie a eu lieu à l’hôtel Maeva,  le samedi 13 février 2021.

Cette journée de réflexion sur le processus de la transition au Mali a regroupé tous les présidents des partis membres de l’alliance Ensemble pour le Mali et le représentant résident de National democratic institut (NDI).

Le directeur scientifique de la journée,  le Dr Adama Tiémoko Diarra, a expliqué aux participants le contexte de la tenue de cette rencontre. Après cinq mois de parcours, EPM a jugé nécessaire d’évaluer la transition, afin d’élaborer des propositions  harmonisées, partagées d’accompagnement du processus en cours. Des propositions se feront sur les réformes politiques et institutionnelles. Il a précisé que l’EPM n’a pas d’option claire par rapport à certaines questions, notamment le cadre unique d’organisation des élections, le mode de scrutin et d’autres aspects.

Le représentant résidant de National democratic institut (NDI), le Dr Baldié Hima, a encouragé alliance à approfondir les débats pour trouver le système et le mode meilleur pour le Mali. Pour lui, le mode le plus représentatif pour le Mali est la diversité qui fait partie de ses grandes richesses.  Dans cette diversité, il y a la diversité des forces  politiques, notamment l’alliance EPM qui rassemble pas moins de 32 partis membres. Chaque parti, en fonction de son travail sur le terrain, a la possibilité, par le système et le mode scrutin, de prétendre légitimement siéger au sein des instances de prise de décision.

Le besoin d’améliorer le cadre juridique et institutionnel de la troisième République et plus concrètement des élections au Mali s’est fait sentir dès la fin de la première mandature du président Alpha Oumar Konaté (1992-1997), a témoigné le président de l’EMP, Dr Bocary Tréta.

Il en veut pour preuve les tentatives de révision de la constitution de 2001, 2011 et 2017. La plus récente a été les réformes politiques et institutionnelles qui avaient soulevé des débats lors du Dialogue national inclusif du 14 au 22 décembre 2019, a affirmé le président de l’EPM.

Il a rappelé aux participants que l’objectif général de cette  journée de réflexion est d’amener tous les membres de l’EPM à faire des meilleurs choix et à formuler des positions et points de vue clairs, harmonisés et partagés sur l’ensemble des points qui ont fait l’objet d’examen lors de l’atelier de relecture des lois du cadre juridique des élections au Mali, voire au-delà.

Selon le Dr Tréta, l’alliance ‘’  Ensemble pour le Mali’’ doit user de tous les moyens légaux pour ‘’faire partager la position que la mission essentielle de la transition du Mali est de créer les conditions pour un retour rapide de l’ordre constitutionnel normal; réaliser la révision de la constitution, la relecture de la loi électorale, la loi organique et la charte des partis politiques ; organiser des élections générales propres, transparentes, inclusives et crédibles conformément aux normes et standards internationaux.

La réussite des élections prochaines nécessite, selon le président de l’EPM, un retour de la confiance entre les acteurs du processus électoral malien, une recherche de l’inclusivité et du consensus politique autour du processus et en fin, un respect total et strict de la durée de la transition.

Le président de l’EPM n’a pas manqué d’exprimer leur satisfaction suite à la réactualisation par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation du « cadre de concertation nationale Matd-partis politiques-société civile et mouvements signataires ».

EPM se réjouit également de la première véritable concertation de la classe politique par Moctar Ouane, Premier ministre de la transition, le mercredi 10 février 2021, au Cicb.

Avant de déclarer ouvert la journée de réflexion sur le processus de transition au Mali, le président de  l’EPM, Tréta a lancé un appel à tous les partis et regroupements politiques à une grande concertation inter-partis sur les réformes politiques et institutionnelles, notamment la révision de la constitution de 25 février 1992 ; les modalités de création, d’organisation et de fonctionnement de l’organe unique de gestion des élections ; le mode de scrutin aux élections législatives 2022 ;  le mode d’inscription sur les listes électorales ; la circonscription électorale de référence aux élections législatives 2022 et la question de la rationalisation du nombre des partis politiques au Mali.

Par Mariama Kaba

Source: Journal HOGON

 

MALIACTUMali actuPolitique
 Les partis de l’alliance EPM (Ensemble Pour le Mali) ont organisé une journée de réflexion en vue d’adapter leur contribution à la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles pour la bonne organisation des élections au Mali. La cérémonie a eu lieu à l’hôtel Maeva,  le samedi 13...