Conformément aux recommandations du Dialogue National Inclusif, le gouvernement du
Premier ministre Boubou Cissé devrait être remanié, pour non seulement réduire sa taille,
mais aussi et surtout, permettre à certains nouveaux alliés d’y faire leur entrée. C’est en
prélude à ce chamboulement certain que nous avons jugé opportun de sélectionner, sur la
base de critères objectifs, les dix ministres qui semblent être ceux qui ont été à hauteur de
mission pendant les neufs derniers mois et qui seraient logiquement reconductibles dans le
nouveau gouvernement.

Il s’agit de Me Malick Coulibaly, Ministre de la Justice, M. Tiébilé Dramé, ministre des
Affaires Etrangères, le Général Ibrahim Dahirou Dembélé, ministre de la Défense, Harouna
Modibo Touré, ministre des Sports, Yaya Sangaré, ministre de la Communication, Michel
Hamalla Sidibé, ministre de la Santé, le Général Salif Traoré, ministre de la Sécurité, Témoré
Tioulenta, Ministre de l’Education, Boubacar Bah, ministre de l’Administration Territoriale et
Mme Traoré Djénébou Diop, ministre des infrastructures et de l’équipement. Leur choix fait
suite à un travail d’évaluation que nous avons mené sur le terrain. Le Président de la
République s’est engagé à respecter les résolutions et les recommandations issues du
Dialogue National Inclusif tenu du 16 au 22 décembre 2019.
1- Malick Coulibaly, ministre de la justice, garde des sceaux : Il est indéniablement celui qui
a redonné espoir à une écrasante majorité de la population qui avait cessé de croire en sa
justice. Par les actes que la justice malienne a posé ces derniers temps sous son leadership
éclairé, Me Malick Coulibaly mérite d’être maintenu dans le gouvernement. Grâce à lui, le
régime IBK a eu un second souffle, surtout quand il s’est engagé dans le combat contre la
corruption et la délinquance financière.
2- M. Tiébilé Dramé, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale :
Sa reconversion a été très rapide et il est en terrain connu pour avoir été à ce même poste
sous la transition. M. Dramé s’est vite mis à la tâche et a fait bouger la diplomatie malienne.
Il n’a jamais hésité à dire plus haut dans les foras, ce que les maliens murmurent plus bas. Il
a tout simplement rehaussé l’image de la diplomatie malienne, donc il doit poursuivre cet
élan.
3-Le Général Ibrahim Dahirou Dembélé, ministre de la Défense et des Anciens
Combattants : Homme de terrain, proche des troupes, Dahirou est aux yeux des soldats, le
symbole de la bravoure et de l’intégrité morale. Les hommes en uniforme se reconnaissent
en lui. Moins politique et moins éloquent, mais très audacieux et engagés, il mériterait de
poursuivre ce qu’il a commencé pour remonter le moral des hommes et bien gérer les
ressources qui sont allouées à l’armée.
4- Harouna Modibo Touré, ministre de la Jeunesse et des Sports : L’histoire retiendra que
c’est sous lui que la gravissime crise du football malien a connu un heureux dénouement. Le
sport roi est en train de retrouver lentement, mais surement son lustre d’antan, grâce à

l’implication du jeune ministre. Donc, pour éteindre définitivement le feu qui couve encore
au sein de la FEMAFOOT, il serait bien de le reconduire à ce même poste.
5- Yaya Sangaré, ministre de la Communication, chargé des relations avec les Institutions
et porte-parole du Gouvernement : En tant que journaliste, il est en terrain connu. M.
Sangaré a donné à la communication gouvernementale une certaine visibilité, toujours
prompt à réagir sur l’actualité qu’elle soit politique, sociale comme sécuritaire. Hier, les
Maliens apprenaient jusqu’aux petits détails des nouvelles de leur pays sur les médias
étrangers, mais aujourd’hui, la tendance a été renversée. Ils ne donnent plus la primeur des
nouvelles sur le Mali, mais citent la source du gouvernement. M. Sangaré pourrait continuer
à parfaire ce travail qu’il a commencé.
6- Michel Hamalla Sidibé, ministre de la Santé et des Actions Sociales : L’ancien directeur
d’ONU Sida est en terrain connu, lui aussi. Très actif, il fait timidement son petit bonhomme
de chemin à la tête d’un département difficile à gérer. Procédant, dès sa prise de fonctions à
un toilettage en remplaçant la presque totalité des directeurs des structures relevant de son
département, comme la CANAM et l’INPS. Initiant des réformes, il doit continuer pour leur
matérialisation.
7- Le Général Salif Traoré, ministre de la Sécurité et de la Protection Civile : Même s’il fait
l’objet de beaucoup de critiques ces derniers temps à cause du mode de recrutement au sein
de la police Nationale, le général Salif Traoré demeure un homme de terrain, donc proche de
ses troupes. Eloquent et élégant, il maitrise son sujet et est capable d’apporter beaucoup
aux forces de sécurité. On pourrait lui donner une nouvelle chance pour qu’il corrige toutes
les imperfections et moraliser certaines pratiques qui ont pignon sur rue au sein des forces
de l’ordre.
8- Témoré Tioulenta, ministre de l’Education Nationale : Beaucoup ne comprendront pas
pourquoi choisir ce ministre alors que les enseignants sont en grève. Nous répondons que
cet aspect de la gestion de la crise relève plutôt du Président de la République, du PM et du
ministre des Finances. Donc, ce qu’on retient de M. Tioulenta, c’est surtout sa promptitude à
organiser les examens de fin d’année en un laps de temps et à proclamer les résultats, quand
d’autres faisaient le triple de son temps. Il y a également un certain ordre dans la gestion des
ressources qu’elles soient humaines, matérielles et financières. Donc, cet élan ne doit pas
être brisé, il doit persévérer dans ce sens et s’employer à trouver des solutions à cette
sempiternelle crise.
9- Boubacar Bah dit Bill, ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation :
L’ancien Maire de la commune V et Président de l’Association des Municipalités du Mali,
AMM est en terrain connu, pour avoir été l’un des acteurs de la mission de décentralisation
sous le Président Alpha Oumar Konaré. Il saura conduire d’une main de maitre ce projet de
décentralisation qui semble être la solution à la crise socio-sécuritaire actuelle. Donc, qu’il
soit reconduit pour qu’il fasse son premier baptême de feu lors des prochaines élections
législatives prévues aux mois de mars et mai.
10- Mme Traoré Seynabou Diop, ministre des Infrastructures et de l’Equipement : Elle est la
seule parmi la gente féminine à être retenue et cela à cause de son engagement. Elle est

tellement passionnée de ce qu’elle fait qu’elle confond souvent vitesse et précipitation. Elle
rappelle fort curieusement Ahmed Diané Séméga sous ATT. Femme de terrain, elle n’hésite
pas à porter son jean et son basket pour arpenter les collines avec les manœuvres. Elle
mérite de poursuivre ce dur labeur généralement taillé sur mesure à la gente masculine.
En somme, nous n’avons pas cité le PM parce qu’on suppose qu’il va être reconduit pour
diriger le gouvernement post dialogue National, si l’on en juge par son bilan.

La Rédaction

Source: Infosept

MaliwebMalijetPolitique
Conformément aux recommandations du Dialogue National Inclusif, le gouvernement du Premier ministre Boubou Cissé devrait être remanié, pour non seulement réduire sa taille, mais aussi et surtout, permettre à certains nouveaux alliés d’y faire leur entrée. C’est en prélude à ce chamboulement certain que nous avons jugé opportun de sélectionner, sur la base...