Au regard des péripéties qui ont marqué, jusqu’ici, la conduite de la transition, ce serait tout simplement une lapalissade que dire, ‘’les fruits n’ont pas été à la promesse des fleurs’’ pour les principales têtes d’affiche du mouvement de contestation qui a abouti au renversement du régime IBK. Après avoir essuyé revers sur revers face à la junte et, miné par des dissensions en son propre sein, ce grand mouvement de contestation, que d’aucuns qualifiaient de ‘’rouleau compresseur’’, a fini par se disloquer.

 

La Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants (CMAS), qui incarnait le versant socio religieux du mouvement de contestation et dont la figure de proue est l’Imam Mahmoud Dicko, s’est désolidarisée du versant socio politique qui était une espèce de mosaïque de formations politiques et d’associations de la société civile placée sous l’égide de Choguel Kokala Maïga. Comme pour mieux signifier son ‘’divorce’’ d’avec le mouvement dirigé par Choguel, à savoir le M5-RFP, l’imam Mahmoud Dicko annonce, de façon presque solennelle, sa décision de ‘’retourner dans sa mosquée’’. Finalement les deux principales composantes du mouvement de contestation en étaient arrivées, presque, à se regarder en chiens de faïence.

Avec le retrait de l’Imam Dicko ‘’dans sa mosquée’’, le versant sociopolitique du M5-RFP s’est retrouvé seul face à la junte qui persiste dans son attitude de vouloir écarter la classe politique de la conduite de la transition.

 

Quant à l’imam Mahmoud Dicko, on devrait se demander si réellement il parvient à se satisfaire de son retour dans la mosquée. La réponse à ce questionnement serait très probablement la négative dans la mesure où, le jeudi 4 février 2021, il a publié un document sous l’appellation de ‘’Manifeste pour la Refondation’’ et dans lequel il s’engage, après avoir fait une espèce de mea-culpa, à bâtir des passerelles entre acteurs civils et armés.

En considération de cet acte sur fond de regret de la part de son auteur et eu égard aussi au style rhétorique de ce manifeste, nombreux sont les observateurs avertis de la scène politique malienne qui soutiennent que Mahmoud Dicko tente plutôt un come-back sur la scène nationale.

Si telle est réellement la motivation de l’imam, nombreux seront les maliens qui l’encouragent dans cette voie et qui, au-delà de ce come-back, souhaiteraient que les relations entre le M5-RFP et lui, reprennent de plus belle. Ce vœu populaire est-il en passe de se réaliser ?

El Hadj Mamadou GABA

Source : Le Soir De Bamako

MaliwebPolitique
Au regard des péripéties qui ont marqué, jusqu’ici, la conduite de la transition, ce serait tout simplement une lapalissade que dire, ‘’les fruits n’ont pas été à la promesse des fleurs’’ pour les principales têtes d’affiche du mouvement de contestation qui a abouti au renversement du régime IBK. Après avoir...