Un mouvement de protestation, contre la révision de la constitution du 25 février 1992, vient d’être créé, par une vingtaine de partis politiques. Le mouvement dénommé : « AN TA ANKO AN FASO » regroupe les partis politiques qui suivent : la coalition Cheick Modibo Diarra (CMD), l’ADP-Maliba de Aliou Diallo, l’URD de Soumaila Cissé, le Sadi de Oumar Mariko, le CNID FYT de Mountaga Tall, le CNAS-Faso Hèrè de Zoumana Sacko, le MPR de Choguel Kokalla Maiga, les FARE de Modibo Sidibé, l’APM-Maliko de Modibo Kadjoké, le FCD, le FAD, le FSD. Il y a aussi une vingtaine d’associations qui sont membres de ce mouvement pour le moment.
Contacté par nos soins, le conseiller à la communication du chef de file de l’opposition malienne, Nouhoum Togo s’est prononcé sur la question. Selon lui, ce tout nouveau mouvement s’opposera farouchement au projet de la révision constitutionnelle.

Décès du colonel Youssouf Traoré : Les mots de condoléances de la Codem
Le président du Parti union-forces-démocratiques-progrès-UFDP-SAMA-TON, le colonel Youssouf Traoré est décédé le 11 juin 2019 suite à un accident de circulation sur la route de son San natal. À cette occasion, la Convergence pour le Développement du Mali de Housseini Amion Guindo a présenté ses condoléances à la famille du défunt ainsi qu’à sa famille politique. La Codem rend hommage à l’illustre disparu pour son combat pour le Mali. «Homme de caractère, il était l’un des grands acteurs de la vie politique du Mali de l’indépendance à nos jours. Aussi, la CODEM retiendra de son parcours d’homme d’État, son sens vertueux du compromis, son humilité et sa disponibilité pour la Nation », lit-on dans le communiqué du parti de la quenouille.

Bandiagara : Borko attaqué, Danna ambassagou repousse les « auteurs »
Le mardi 11 juin 2019, le village de Borko dans, la commune de Dogani, a été attaqué par les hommes armés non identifiés. Ils ont été, selon les sources locales, repoussés par les chasseurs du mouvement d’autodéfense Danna Ambassagou. Joint par nos soins, un membre du mouvement confirme la nouvelle. À ses dires, il y a un blessé de son côté.

Attaque de Sobane Da : Le nombre de morts ramené à 35
Le mardi 11 juin 2019, le Gouvernement de la République du Mali a déployé une mission d’enquête composée d’éléments de la protection civile, de médecins légistes du procureur de la République dans le village de Sobane Da afin de tirer au clair le nombre de morts qui ne cesse de créer des polémiques. À la suite de cette enquête, le nombre de personnes tuées a été évalué à 35 au lieu de 95. Cette enquête précise que les victimes sont 11 adultes et 24 enfants, précise un communiqué du 12 juin 2019 sur la page du gouvernement du Mali qui indique au sujet des 95 qui avaient été annoncés comme constituant le total des morts et des disparus. Le même communiqué précise que la MINUSMA a interpelé six personnes pour des contrôles de routine sur cette attaque.

Drame de Sobane Da : L’UNICEF condamne l’escalade de la violence envers les femmes et les enfants
L’attaque du village de Sobane Da a été condamnée par le fond des Nations Unies pour l’enfance, UNICEF, sur sa page Twitter. Selon l’UNICEF, cette attaque « constitue un nouvel et effroyable exemple de l’escalade de la violence envers les femmes et les enfants ».

Centre du Mali : Les États-Unis préoccupés par la fréquence des violences communautaires
L’Ambassade des États-Unis au Mali s’est prononcée sur le Massacre de Sobane Da le 11 juin 2019. Les États-Unis, attristés et indignés, ont condamné cette violence avec la plus grande fermeté, tout en présentant ses sincères condoléances aux familles des victimes.

« Les États-Unis sont très préoccupés par la fréquence croissante des violences intercommunautaires dans le centre du Mali et nous réaffirmons que de telles attaques contre des civils ne sont jamais acceptables. Le gouvernement malien doit tout mettre en œuvre pour améliorer la protection des civils, avec l’appui de ses partenaires internationaux », lit-on dans ledit communiqué sur la page de l’Ambassade de la France au Mali. À travers cette déclaration, les États-Unis demandent aux autorités traditionnelles et communautaires de se donner les moyens nécessaires afin que la paix et la sécurité puissent revenir au centre du Mali. « Nous exhortons le Gouvernement malien à œuvrer en faveur de la réconciliation et à traduire en justice les responsables de cet attentat le plus rapidement possible », recommandent les États-Unis au gouvernement malien.

Ambassade du Mali aux États-Unis : Abdoul Salam Bello rend visite à Mahamadou Nimaga
Abdoul Salam Bello, Fellow au centre africain d’Atlantic Council à Washington, D.C, et Conseiller de l’Administrateur du groupe francophone au Conseil d’administration de la Banque Mondiale, a rendu une visite de courtoisie à Mahamadou NIMAGA, Ambassadeur de la République du Mali aux États-Unis. Notons que Abdoul Salam a dédicacé son tout nouveau livre : Les États-Unis et l’Afrique : De l’esclavage à Barack Obama. Cette visite a été une occasion favorable pour lui de remettre à M. l’ambassadeur un exemplaire de son précédent ouvrage : La régionalisation en Afrique.

Ménaka : deux personnes meurent en tentant de poser des mines
Dans la nuit du mardi 11 juin au mercredi 12 juin 2019, deux individus sont morts à Ménaka en tentant de poser des mines. Selon la page Facebook de la Police 24, leur mort est due à une mauvaise manipulation de l’engin explosif qui a explosé entre leur main. L’incident a eu lieu non loin du commissariat de police de Ménaka, précise la même source.

Attaque de Sobane Da : La France invite les autorités maliennes à redoubler d’efforts au centre du Pays
L’attaque de Sobane Da n’a pas fini d’interpeler les partenaires du Mali. « La France condamne avec la plus grande fermeté les violences d’une ampleur particulièrement préoccupante commises dans le village de Sobane, dans la région de Mopti, causant la mort de plus de 95 civils », lit-on dans un communiqué de l’ambassade de la France au Mali qui adresse au nom de la France ses condoléances aux familles et proches des victimes, ainsi qu’aux autorités maliennes. « Les responsables de ces attaques devront être identifiés et répondre de leurs actes barbares », recommande la France tout en témoignant son accompagnement au Mali dans ces genres de situations et « appelle les autorités à redoubler d’efforts dans le centre du pays, afin de mettre fin au plus vite à l’engrenage des violences intercommunautaires, via le redéploiement des services publics et des forces de sécurité et de défense ainsi que des mesures de dialogue, de réconciliation et de développement. »

Source: Le Pays
MaliwebPolitique
Un mouvement de protestation, contre la révision de la constitution du 25 février 1992, vient d’être créé, par une vingtaine de partis politiques. Le mouvement dénommé : « AN TA ANKO AN FASO » regroupe les partis politiques qui suivent : la coalition Cheick Modibo Diarra (CMD), l’ADP-Maliba de...