L’ancien Commissaire à la paix et à la sécurité (CPS)de l’Union africaine (UA), Smail Chergui a relevé la contestation populaire de plus en plus accrue au Sahel contre la présence étrangère parallèlement à un manque d’engagement de la part de la communauté internationale dans l’appui et le soutien des armées des pays de la région pour la lutte contre le terrorisme.

“L’aide internationale et la mise en place d’une mission onusienne au Mali n’ont donné, à ce jour, aucun résultat probant quant à un recul de la présence des organisations terroristes, la libération des populations et la redynamisation des activités économiques, bien au contraire nous assistons à un ras-le-bol et à une contestation populaire de plus en plus accrue contre la présence étrangère au Sahel”, a fait observer M. Chergui dans un entretien accordé au quotidien “El-Khabar”, paru dimanche.

Et de déplorer qu’au lieu d’admettre la nécessité de revoir les stratégies tracées pour cet effort sécuritaire en donnant aux armées locales les premiers rôles et en les dotant du matériel indispensable, les concernés persistent et signent en misant, de nouveau sur des forces européennes, avec l’appui des Américains.

Soulignant que “les Maliens ne peuvent même pas songer à d’autres partenariats”, M. Chergui s’est dit convaincu que “la solution à la crise malienne ne saurait être dans l’effort sécuritaire et militaire”.

Force est de constater, que le +dumping+ du Sahel sous plus de 16 stratégies n’a fait que retarder le décollage socioéconomique, a-t-il encore ajouté.

Pour M. Chergui, les pays du Sahel gagneraient à revenir aux mécanismes internes, tel que le processus de Nouakchott qui a contribué à la coopération sécuritaire et à l’échange d’informations, mais également au perfectionnement et formation des forces armées, tout en mettant en exergue la responsabilité morale de la communauté internationale dans leur approvisionnement en armes et moyens de lutte antiterroriste. A ce propos, il a rappelé que “l’Algérie a donné l’exemple dans ce sens”.

L’ancien Commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA s’est félicité, par ailleurs, de la réitération, par les autorités maliennes en place, de la priorité à l’application de l’Accord de Paix issu du processus d’Alger et du maintien du dialogue serein et constructif avec toutes les parties prenantes”, citant comme indicateur de confiance mutuelle, le redéploiement des éléments de l’armée dans la ville de Kidal.

Actuellement, a-t-il poursuivi, “les regards restent braqués sur la conférence du dialogue national prévue en novembre prochain pour arrêter les prochaines phases de la transition, qui verra un report du rendez-vous électoral, d’après les déclarations du Premier ministre à New York”.

Evoquant en outre “la décision du remplacement des forces françaises Barkhane par une force européenne”, M. Chergui a indiqué que “les alternatives qui s’offrent au Mali auront la part du lion dans les discussions et les consultations les semaines à venir”.

Sur le même registre, M. Chergui a estimé que “la récente visite du chef du Commandement Africom en Algérie, de retour de Bamako, est une reconnaissance et une confirmation du rôle pivot de l’Algérie au Mali et au Sahel”.

S’agissant du dossier libyen, l’ancien Commissaire à la paix de l’UA a relevé que “l’Algérie, qui aurait pu depuis la décision du CPS au niveau des ministres des Affaires étrangères à New York en septembre 2018, conduire les efforts internationaux en Libye comme elle l’a fait au Mali, a préféré être sous l’égide des Nations unies avec les conclusions qui en découlent”.

Il a salué, dans ce sens, “la disposition et la mobilisation de l’Algérie, réaffirmées par le président de la République, pour apporter toute l’aide au service de la stabilité et du retour de la quiétude en Libye, ainsi que son rôle dans la région”.

Outre le soutien à la réunification des rangs et la coopération sécuritaire, “l’Algérie peut contribuer à la reconstruction des

institutions et au lancement de partenariats dans les domaines stratégique et économique mais aussi l’échange pour faciliter le pansement des blessures et un nouveau départ des frères Libyens”.

Concernant les moyens de faire face à l’intrusion israélienne dans le continent africain, M. Chergui a préconisé “le rétablissement des fondements de la solidarité arabo-africaine”.

“Le fait qu’Israël bénéficie de la qualité d’observateur au sein de l’UA alors que le peuple palestinien sans défense subit les violences les plus atroces (…) requiert un +redressement+ de la part du conseil ministériel le mois prochain”, a ajouté M. Chergui.

Source : aps.dz

MaliwebPolitique
L’ancien Commissaire à la paix et à la sécurité (CPS)de l’Union africaine (UA), Smail Chergui a relevé la contestation populaire de plus en plus accrue au Sahel contre la présence étrangère parallèlement à un manque d'engagement de la part de la communauté internationale dans l'appui et le soutien des...