Le Conseil national de la Transition (CNT) a donné le lundi 10 janvier une déclaration suites aux sanctions de la CEDEAO-UEMOA au Mali. Dans ce document, l’organe législatif de la transition affirme que lesdites sanctions « n’ont d’autres objectifs que de chercher à isoler le Mali et à asphyxier les paisibles populations maliennes qui n’aspirent qu’à la paix, la sécurité et la prospérité, après plus d’une décennie de crise multiforme ».

 

Le Bureau du Conseil National de Transition, élargi à la Conférence des Présidents, a tenu une réunion extraordinaire, le lundi 10 janvier 2022, sur les sanctions prises à l’encontre du Mali, à l’issue des sommets extraordinaires de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union économique et Monétaire Ouest- Africaine (UEMOA), tenus le 09 janvier 2022 à Accra au Ghana.

Au cours de cette réunion, le CNT a élaboré une déclaration sur la situation qui prévaut entre le Mali et les autres membres de la CEDEAO ayant placé le pays sous embargo, à travers de nombreuses sanctions.  En effet, pour obliger les autorités de la transition à créer les conditions rapides du retour à l’ordre constitutionnel par la tenue des élections présidentielle et législatives.

Ainsi, le CNT, après analyse de la situation, condamne énergiquement les sanctions illicites et inappropriées prises à l’encontre du Mali, pays fondateur de ces organisations sous régionales, lors des sommets extraordinaires de la CEDEAO et de l’UEMOA, tenus le 09 janvier 2022 à Accra.

Dénonçant lesdites sanctions qui n’ont d’autres objectifs que de chercher à isoler le Mali et à asphyxier les paisibles populations maliennes qui n’aspirent qu’à la paix, la sécurité et la prospérité, après plus d’une décennie de crise multiforme, le CNT regrette que ces sanctions contraires à l’idéal et aux objectifs de ces organisations sous régionales ne sont en réalité que le reflet de la volonté de certaines puissances d’assujettir le Mali.

Quelques heures après l’annonce de ces mesures contre le Mali, le porte-parole du gouvernement nuitamment a lu une déclaration à la télévision nationale pour assumer sa position.

Une position saluée par le CNT qui se félicite de la réaction diligente du Gouvernement de Transition.

Aussi, en encourageant le Gouvernement de Transition dans la riposte contre les mesures illégitimes prises contre le Mali ; le CNT l’invite singulièrement à tout mettre en œuvre pour assurer le fonctionnement normal de l’État et l’approvisionnement du pays en produits de première nécessité.

Par ailleurs, l’organe législatif félicite les Forces Armées Maliennes pour toutes les victoires et initiatives en cours, les exhorte à la vigilance et à poursuivre leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme, la sécurisation du territoire national et dans la protection des personnes et leurs biens,

De même, il invite les populations maliennes, la diaspora et l’ensemble des forces vives du pays à la sérénité, à la vigilance, à la cohésion, au sursaut patriotique et à rester toujours mobilisés derrière les autorités de la transition, en ces moments décisifs pour la nation malienne.

Enfin, le CNT apporte son soutien indéfectible au Colonel Assimi GOITA et l’encourage à entreprendre toutes démarches utiles pour la réussite de la transition et l’affirmation de la souveraineté du Mali.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

MaliwebPolitique
Le Conseil national de la Transition (CNT) a donné le lundi 10 janvier une déclaration suites aux sanctions de la CEDEAO-UEMOA au Mali. Dans ce document, l’organe législatif de la transition affirme que lesdites sanctions « n’ont d’autres objectifs que de chercher à isoler le Mali et à asphyxier...