Si j’étais Président du Mali, je me lèverais le matin très tôt, à l’appel du muezzin. Je ferais mes prìères Al Sob et al Fajiri, je mettrais un turban et un frokia tout simple pour me déguiser et aller au marché du quartier  comme tout bon  Malien.

palais koulouba présidence république ibrahim boubacar keita ibk

 

Je regarderais et noterais le prix des denrées les plus utiles:  céréales, viande et poisson et condiments et celui aussi des moins indispensables dans nos foyers mais source de vitamines et de bien-être comme fruits et légumes.

Je parlerais avec la vendeuse de beignets en achetant mes gnomis et je saurais qu’elle a passé la nuit blanche car son seul et unique vieux ventilateur a clamsé à  cause des innombrables et intempestives  coupures de courant.

Puis je passerais devant l’Ecole fondamentale et je regarderais dans les classes par les fenêtres ouvertes d’où me parviendraient les ânonnements des petits de première année qui se battent pour survivre dans la jungle de la lecture:

-Toto est malade, Toto a trop mangé… Ce Toto c’était avant car maintenant on est malade mais d’avoir peu mangé.

Le maître me ferait signe de la main et m’inviterait à rentrer dans sa classe, me prenant pour un instituteur nostalgique à la retraite. Entre deux coups de cravache en l’air, il résumerait ses déboires : 70 elèves le matin et autant le soir! “Mossié” est épuisé et puis le salaire ne suffit même pas pour nourrir sa petite famille, il n’a qu’une femme et deux enfants mais avec ça il n’arrive pas à payer son loyer à temps. Je lui dirais que Dieu est grand et que moi aussi je peine à vivre … que le nouveau Mansa qui loge à Sébènikoro a promis que la vie va changer pour tous les Maliens, Inch’Allah. Il me regarderait en souriant d’un air dubitatif. C’est comme si j’y étais… J’y suis…

Je continue et passe devant le Centre de Santé. Une vieille dame s’approche de moi et me tend une ordonnance:

– C’est pour ma petite fille- elle explique en montrant une enfant couchée sur un banc- elle est très malade et mon fils est aux mines. Sa mère est morte. C’est 2000 Fcfa. Je suis confus, je n’ai rien pris en partant ce matin et je murmure, honteux: “Allah ka bon”. Elle me regarde incrédule et continue sa quête. Je me sens mal.

 

Je m’attarde devant la buvette “face au mur”, je ne peux pas m’asseoir pour consommer car mes poches sont vides mais je trouve un tabouret boîteux et je m’asseois à côté. Sans faire semblant d’écouter les gens attablés, des bribes de leur conversations me parviennent:

– Eh tjé, mon oncle est venu du village, il a une pneumonie… je ne sais plus où donner de la tête. Le mois dernier c’était ma tante que j’ai amené chez le dentiste.

–  Et Issa il a trouvé du boulot ? Ça fait 2 ans qu’il a eu son diplôme, et toujours rien?

– ll veut aller en Espagne, par le Maroc et puis prendre le mur à Ceuta.

– Moi, j’ai mis mes deux frères qui sont étudiants à la Fast à cultiver un petit jardin à côté de chez nous. Au moins ils feront quelque chose d’utile.

– T’as de la chance N’Dolo car tous les jeunes ne sont pas aussi travailleurs… Regarde-les au grin… Ils causent, tapent les cartes et boivent du thé et c’est tout.

– IBK devrait les embaucher pour refaire les pistes, les routes et les caniveaux dans toutes les villes du Mali,  avant l’arrivée des pluies. En les payant un peu… ça les occuperait.

– IBK, il nous a oubliés… j’avais voté pour lui… Il n’a pas besoin de routes avec son avion supersonique à 20 milliards. Il voyage trop avec toute sa smallah. Et puis tout est pour sa famille. C’est ça le Maliba?

– Koro, moi je crois que IBK prépare la libération de Kidal mais les Français aiment trop  le MNLA. Il dit qu’il va négocier, mais avec des terroristes armés, on peut négocier?

– Sale affaire!

– Il faudrait un grand féticheur et non un négociateur qui les grigriterait tous pour les désarmer et leur enlèverait leurs idées d’indépendance… Rires…

Je me lève péniblement de mon siège et m’éloigne du groupe, mes oreilles me font mal.

Je prends la direction de ma maison. Je marche sur le bord de la route et je risque de me faire écraser  par les motos qui circulent comme des dingues. Et puis branlebas de combat : tout le monde s’écarte pour laisser passer le cortège présidentiel… ils viennent me chercher… je ne serai pas à l’heure… aujourd’hui j’annule mes audiences et je vais convoquer mes fidèles, ceux qui m’ont appuyé pendant ma campagne et pas les lèche-bottes d’après le premier tour.

– J’annule mes voyages prévus pour Avril et je vais à Kidal, à Gao et à Tombouctou.

Et tous les détenus et interpellés par Bathily, en route pour des travaux d’intérêt public et pour assurer la protection de nos villes et villages du nord, Haya pourrait traquer le Mujao au lieu  de moisir dans une cellule à Sélingué. Il nous a débarrassé d’ATT et m’a soutenu tout de même. La Justice et la Défense doivent se secouer …

– Je convoque le Ministre des Finances et je le mets en demeure de prévoir une augmentation de 20% des salaires, Fonction Publique et autres. Si les titulaires des dossiers du VG  rendent d’ici un an tout ce qu’ils ont volé, 50% en janvier 2015.

– Et le Ministre de l’Emploi qu’il crée 100 000 emplois jeunes d’ici un mois.

– Et la Santé… gratuité pour les enfants et les personnes âgées nécessiteuses.

– Et le Ministre de l’Energie, passage au solaire en 6 mois avec l’aide de l’Allemagne.

– Et puis je convoque la famille et leur dis les 4 vérités… ou plutôt je leur mets un turban et je les envoie faire un tour dans la ville à pied sous la canicule pour prendre le pouls du grand corps malade qu’est mon pays.

– Et pour finir, je téléphone à mon cher ami Hollande et je lui dis de me lâcher les baskets. Kidal est le Mali et l’Azawad un mirage des hommes bleus à qui le soleil a trop chauffé la cervelle. Pourquoi  il n’accorde pas l’autonomie à la Corse et à la Bretagne?

– Tiens et l’avion de la discorde, je ferai quoi avec? Le rendre car il fait un bruit suspect et, à la place et pour moins cher, prendre 5 hélicos pour les services sanitaires dans les zones désertiques du Nord… pas mal, non?

Je me sens plus léger… Désormais, je ferai une ballade matinale tous les mercredi… même s’il faut raccourcir le temps du Conseil avec tous ces blablateurs…

MALIACTUPolitique
Si j'étais Président du Mali, je me lèverais le matin très tôt, à l'appel du muezzin. Je ferais mes prìères Al Sob et al Fajiri, je mettrais un turban et un frokia tout simple pour me déguiser et aller au marché du quartier  comme tout bon  Malien.   Je regarderais et noterais le...