Au Mali, la situation politico-sécuritaire du pays est loin d’être décrispée malgré les multiples rencontres entamées par le Président de la République depuis le week-end dernier. Le M5-RFp sous le leadership de l’influent imam Mahamoud Dicko durcit de plus en plus le ton après être réussi à Koulouba. Il annonce une désobéissance civile générale.

 

Le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita a accordé une audience d’une quinzaine de minutes au comité stratégique du M5-RFP le week-end dernier à Koulouba. La dite rencontre s’inscrit dans le cadre de la recherche de solution à l’instabilité politique du pays. A la sortie de la brève rencontre les leaders des protestations ne sont pas satisfaites puisque le président les a renvoyés discuter avec la majorité présidentielle.

Frustré, le M5-RFP maintient sa sortie du vendredi 10 juillet et annonce une désobéissance civile. Mohamed Salia Touré est membre du comité stratégique du M5-RFP qui a rencontré le président de la République. Il a été interrogé par ZaharaInfos. « Nous allons faire une désobéissance civile à partir du vendredi. Cela a été décidé en réunion. Nous nous dirigeons vers cela. Nous allons discuter de la forme et des endroits que la désobéissance civile va toucher en termes d’actions concrètes », nous confie-t-il.

Pour notre interlocuteur son mouvement n’écarte pas l’idée de revenir à la demande initiale de la démission du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita lors de leur prochaine sortie qui selon lui mobilisera plus de foule .

« La différence ce sera certainement au niveau de la mobilisation. Certainement il y’aura plus de foule que les manifestations précédentes. Le mot d’ordre sera donné aux manifestants. Nous sommes en train de mobiliser les gens à sortir pour demander soit la satisfaction du mémorandum soit revenir à l’idée initiale qui est la démission du président », ajoute le président de la jeunesse de la CMAS.

De son coté la CFR (Convergence des Forces Républicaines), un rassemblement de parti politiques, de la société civile, d’anciens ministres qui soutient le président de la République Ibrahim Keita tire également la couverture de son côté. Elle dénonce un coup d’Etat masqué voulu par le M5 RFP.

Joint au téléphone Lazare Tembely, président de la jeunesse des partis membres de la majorité rejette les propositions du M5-RFP. « Dès la fin du point de presse tenu par le Mouvement du 5 Juin, Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), la Convergence des Forces Républicaines (CFR) a automatiquement réagi pour dénoncer le caractère anti-républicain, anti-démocratique et anticonstitutionnel du mémorandum proposé par le M5-RFP », décrie-t-il.

Membre de la Convergence des Forces Républicaines (CFR) Lazare Tembely poursuit. « Au moment où nous pensions que ce mouvement était en train de rédiger un document qui devait être soumis à une discussion ou négociation, nous avons entendu des propositions sur lesquelles aucun Etat Républicain ne saurait répondre. C’est pourquoi, nous pensons que ce mémorandum ne peut faire l’objet de document de base pour que nous nous entendions », ajoute Tembely.

Pour certains analystes le peuple malin aspire au changement et avait besoin d’un leader crédible derrière qui s’aligner. C’est pourquoi Mahmoud Dicko a facilement gagné la confiance des populations. C’est le cas du docteur Kalidou Sidibé,professeur d’université, analyste politique au Mali.

« Je pense que toute la contestation concernant la gestion du pouvoir dIBK est liée au contexte sécuritaire difficile que le pays traverse qui a commencé depuis 2012 et 7 ans, 8 ans après malgré les efforts déployés par la communauté internationale et malgré également les différents engagements de la société civile des partis politiques, le Mali n’arrive toujours pas vraiment à commencer à engager un processus de sortie de conflit donc plus le conflit tarde et plus qu’il ya des massacres des tueries, plus la situation politique dans la capitale se complique de plus en plus difficile. C’est comme ça il faut voir la situation actuelle », pense le docteur Kalidou Sidibé.

La situation sécuritaire et politique du pays est instable depuis un quelques années. Les mouvements de protestations de la rue mobilisent de plus en plus pour demander la démission du président de la République. Le 10 juillet prochain le M5-RFP qui regroupe des politiciens, des leaders religieux, des associations… prévoit une désobéissance civile générale pour mettre la pression sur le pouvoir.

Mohamed Salaha

Source : Zaharainfos.com

MaliwebPolitique
Au Mali, la situation politico-sécuritaire du pays est loin d’être décrispée malgré les multiples rencontres entamées par le Président de la République depuis le week-end dernier. Le M5-RFp sous le leadership de l’influent imam Mahamoud Dicko durcit de plus en plus le ton après être réussi à Koulouba. Il...