Kalfa Sanogo, maire de la ville de Sikasso, vient de répondre à l’appel à candidature à lui adressé par des clubs de soutien réunis au sein d’une coalition dénommée Cercle des alternatives maliennes pour l’émergence (Came) et d’autres mouvements de la société civile. Il dit s’inscrire dans le processus de désignation du candidat, en cours au sein de son parti l’Adema/Pasj, tout en accueillant avec honneur l’appel de ses fans. C’était le samedi 16 septembre 2017, au stade Babemba Traoré de Sikasso.

Kalfa Sanogo maire sikasso cv curriculum vitae cv biographie

Si au Pasj un flou artistique règne toujours quant au choix d’un candidat interne ou non  dans le cadre de la présidentielle de 2018, les choses s’accélèrent et se précisent de plus en plus. En effet, une coalition composée des organisations de la société civile et des partis politiques vient de proposer  Kalfa Sanogo, non moins un baron de l’Adema, comme porte-étendard du parti au scrutin présidentiel  de 2018. Pour matérialiser son soutiensans faille à l’homme, le Cercle des alternatives maliennes a appelé, samedi, l’ex-PDG de la Cmdt à se présenter à l’élection présidentielle. À cette occasion, le stade Babemba Traoré de Sikasso a drainé du beau monde.

Marque de confiance          

En réponse à l’appel de ses fans, le maire de la commune urbaine de Sikasso a exprimé toute sa gratitude et sa reconnaissance à toutes les formations politiques et les organisations de la société civile venues de toutes les régions du Mali et des pays limitrophes. Pour lui, l’appel à candidature pour la présidentielle de 2018 à lui notifié par les associations est une marque indiscutable de confiance. «C’est un redoutable honneur dont je mesure la portée. C’est donc en toute connaissance de cause que j’accueille votre appel. Comme vous le savez, le processus de désignation du candidat de mon parti est en cours. Je ne saurai par conséquent avoir de position définitive ici», a-t-il déclaré. Par ailleurs, M. Sanogo n’a pas manqué de souligner le trésor dont regorge le Mali. «Je crois fermement que pour aller de l’avant, nous devons faire appel à tous les enfants de ce pays, sans exclusive. Chaque fils de la nation, quel qu’il soit, avec ses défauts et ses qualités, peut contribuer positivement à l’édifice national. Il nous faut un nouveau départ, et sur des bases solides. Il nous faut une nouvelle espérance», a-t-il conclu.

Kalfa, le sauveur ?  

Auparavant, Mme Sanogo Kadidiatou Coulibaly, présidente du Came Wati Sera, avait rappelé que le Cercle des alternatives maliennes pour l’émergence à été créé il y a juste une année, avec comme ambition d’encourager, de soutenir et de magnifier toutes les bonnes actions d’une communauté, d’un groupement ou d’une personne. C’est dans ce cadre, dit-elle, que le Came a remis une distinction honorifique à Kalfa Sanogo pour son bref passage à la Cmdt. «Nous l’avons désigné président d’honneur du Came Wati Sera. Mieux, nous lui demandons, nous associations, clubs de soutien, amis, sympathisants et partis politiques ici présents, d’accepter solennellement de présenter sa candidature à la magistrature suprême du Mali en 2018», a-t-elle lancé. Avant de lancer un appel à tous les mouvements œuvrant pour la mère patrie. À l’en croire, le Mali n’a pas besoin de nos querelles, mais de notre union sacrée autour des idéaux de paix, d’amour, de prospérité, gages du développement. Pour sa part, Bandiougou Diawara, président du parti Apdm, a estimé que Kalfa Sanogo est l’homme providentiel dont le Mali a besoin pour retrouver le chemin de l’honneur et de la grandeur. Selon lui, tout cadre qui a pu bien gérer la Cmdt peut bien gérer le Mali, car «diriger la Cmdt, c’est faire face à tous les défis». Oumar Bassy Sanogo, porte-parole des mouvements associatifs de Bamako, a réaffirmé le soutien sans faille de ces regroupements à Kalfa Sanogo. «Le Mali traverse une période très critique de son existence. Nous pensons que Kalfa Sanogo a la capacité pour redresser le Mali. Donc, nous prions Kalfa Sanogo d’être candidat à la présidentielle de 2018, qu’il soit désigné par l’Adema /Pasj. Il  a notre soutien », a-t-il déclaré. À sa suite, des représentants des différentes régions administratives du Mali ont réaffirmé leur soutien à Kalfa Sanogo, avant de l’appeler à sauver le Mali en briguant la magistrature suprême en 2018.

Le CE sous pression ?       

La balle est enfin dans le camp du Comité exécutif de l’Adema/Pasj pour donner la chance à une candidature interne.  Des analystes politiques estiment dores et déjà que cette mobilisation en faveur du maire de Sikasso est une manière de mettre la pression sur le CE de l’Adema au moment du choix du candidat du parti à la présidentielle. Toute chose qui présage de chaudes empoignades au sein du Pasj,  quant on sait que d’autres cadres ambitionnent d’être le porte-étendard du parti en 2018. Wait and see !

Boubacar SIDIBE, envoyé spécial à Sikasso

 

Le Prétoire

MaliwebBiographiemaliwebPolitique
Kalfa Sanogo, maire de la ville de Sikasso, vient de répondre à l’appel à candidature à lui adressé par des clubs de soutien réunis au sein d’une coalition dénommée Cercle des alternatives maliennes pour l’émergence (Came) et d’autres mouvements de la société civile. Il dit s’inscrire dans le processus...