Les Chefs d’État de la  Zone sahélienne (G-5 Sahel) sont conviés à Pau par le président français le 16 Décembre prochain. Une convocation qui fait couler beaucoup d’encre et de salive car la manière ou le ton employé par le président français n’a pas été apprécié par beaucoup d’observateurs africains bien avertis.

 

Dans sa missive, le jeune Président français a appelé les 5 Présidents de la Zone sahélienne à lui clarifier leur position dans la collaboration. Que va décider le président français à l’issue de cette rencontre, étant donné que la présence de l’opération Barkhane est décriée au Mali ? Cela s’est traduit par plusieurs manifestations organisées par l’Opposition et  la Société civile. Cependant, il faut reconnaître aujourd’hui que la présence de la Force Barkhane est salutaire dans la lutte contre le terrorisme.

Le président Emanuel Macron pourrait renforcer les clauses de la coopération, car elle est nécessaire pour les populations de la zone sahélienne en proie au terrorisme. La présence militaire française au Sahel est donc un acte très nécessaire d’autant plus que les Etats de la zone ne bénéficient pas de moyens adéquats pour faire face à l’ennemi.

L’occasion sera opportune pour les chefs d’État du G-5 Sahel de faire des doléances au Président Macron, afin qu’il corrige les insuffisances remarquées dans cette coopération militaire avec son pays

Cela donne une fois de plus l’occasion aux peuples africains de faire un bloc dernière leurs dirigeants.

Le Sahel étant très vaste et difficile à contrôler nos Etats doivent accepter de l’aide des partenaires. Les assises de Pau vont permettre aux Chefs d’état africains de la Zone sahélienne de revendiquer encore plus d’équipements et d’assistance technique pour leurs armées respectives.

Les présidents des pays du G-5 Sahel doivent parler sans tabous car seule la vérité a toujours triomphé.

Fatoumata Sanogo

Source22 Septembre

MaliwebPolitique
Les Chefs d'État de la  Zone sahélienne (G-5 Sahel) sont conviés à Pau par le président français le 16 Décembre prochain. Une convocation qui fait couler beaucoup d'encre et de salive car la manière ou le ton employé par le président français n'a pas été apprécié par beaucoup d'observateurs...