Dans un contexte d’extrême tension entre le Mali et la CEDEAO, l’UEMOA, la France, l’Ingénieur Statisticien Économiste, Sidiki GUINDO, a procédé à un sondage qui s’est déroulé du vendredi 14 au dimanche 16 janvier 2022, sur un échantillon de 1345 individus dans le district de Bamako sur l’actualité nationale et internationale. De ses résultats, il ressort que plus de 90% de la population est favorable au report des élections présidentielles contre 75% précédemment. La durée moyenne proposée par les enquêtés est estimée à 3 ans et 4 mois. Aussi, plus de 90% de la population trouve injuste les sanctions de la CEDEAO. Et moins de 8% ont une opinion favorable de la CEDEAO contre plus 90% qui ont une opinion négative sur cette organisation. Par ailleurs, plus de 95% de la population est satisfaite de la gestion du pays contre moins de 5% insatisfaite ; et plus de 90% ont confiance à la Russie pour aider le Mali à vaincre les terroristes.

L’auteur a rendu public, ce lundi 17 janvier 2022, les résultats de son sondage, à la faveur d’une conférence presse, au Centre Aoua KEITA.  Il a précisé que la méthode des quotas (avec le sexe et l’âge comme critère) a été appliquée et l’échantillon est représentatif de la population du district.

Dans son propos introductif, le Directeur de l’institut de sondage GISSE, l’ingénieur statisticien et économiste, Sidiki GUINDO, a rappelé qu’en janvier 2022 l’actualité au Mali a été marquée par les sanctions de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à l’encontre du régime de transition malienne.

Selon cette communauté, l’objectif est de contraindre les autorités de la transition malienne à organiser sans délais les élections présidentielles.

La CEDEAO estime en outre vouloir empêcher l’emprise du régime de la transition sur la population malienne.

Parallèlement, la France a indiqué qu’elle soutient ces sanctions dans un contexte où les relations entre la France et le Mali s’étaient déjà détériorées. L’actualité est aussi marquée par le rapprochement et la coopération des autorités maliennes et russes sur le plan militaire.

En réponse à la CEDEAO, les autorités de transition malienne soutiennent être en phase avec l’opinion publique malienne de procéder à des reformes afin de jeter les bases solides d’une stabilité durable avant l’organisation des élections. Elles mettent également en avant la situation sécuritaire défavorable à la tenue d’une élection transparente pouvant augmenter les risques de contestation postélectorale.

De même, M. GUINDO a rappelé le dernier sondage d’opinion (début octobre 2021) dont les résultats ont fait ressortir que plus de 75% des bamakois sont pour le report des élections. Le présent sondage s’intéresse encore sur l’opinion de la population sur quelques sujets d’actualités.

Les enquêtés ont répondu aux questions suivantes : quelle devrait être la durée idéale à accorder à cette transition ? Quelle est l’opinion de la population sur le régime de transition, sur la CEDEAO et les grandes puissances (comme la France, les USA, la Russie, la Chine) et des personnalités politiques et religieuses ? Qu’est-ce que la population propose comme solution de sortie de crise ?

Les résultats du sondage sont donc valides pour le district de Bamako et ne reflètent pas forcément l’opinion nationale.

Les résultats

La question de savoir si au cours des deux derniers mois, est-ce que la situation générale du pays s’est améliorée, est restée au même niveau ou s’est détériorée ?

A cette question, 80.52% de la population pensent que la situation générale du pays s’est améliorée ; 10.78% pensent qu’elle est restée au même niveau alors que 8.33% pensent que la situation s’est détériorée.

Parlant des assises nationales de la refondation, il a trouvé que 81,71% sont satisfaits de la manière dont les assises ont été organisées (avec 58.29% très satisfaits et 23.42% plutôt satisfaits) contre 4.83% qui sont insatisfaits (avec 2.60% de plutôt insatisfaits et 2.23% de très insatisfaits), 13.46% n’ont pu donner de réponse à cette question.

Quant aux conclusions des ANR, il ressort que 76,43% des bamakois sont satisfaits des conclusions de ces assises (avec 52.27% très satisfaits et 24.16% plutôt satisfaits) contre 5.79% qui sont insatisfaits (avec 3.49% de plutôt insatisfaits et 2.30% de très insatisfaits), 17.77% n’ont pu donner de réponse à cette question.

Les résultats de cette enquête révèlent que 94.35% de la population bamakoise sont pour le report des élections alors que 5.43% de cette population pensent que nous devons organiser ces élections le plus rapidement possible et 0.22% n’a pas donné de réponse à cette question.

La majorité de la population est donc pour le report des élections présidentielles.

La durée moyenne est estimée à environ 3 ans et 4 mois (hypothèse de traitement des valeurs aberrantes : ceux qui ont proposé une durée supérieure à 5 ans ont été ramenés à 5 ans, ils étaient environ 12.7% des enquêtés).

Assimi crédité de bonne gouvernance

S’agissant de la manière dont le Président Assimi GOÏTA et son équipe dirigent le pays ; il ressort des résultats que 96.28% sont satisfaits de la gestion du pays (avec 76.80%, très satisfaits et 19.48% plutôt satisfaits) contre 3.71% qui sont insatisfaits (avec 2.97% plutôt insatisfaits et 0.74% de très insatisfaits).

Concernant les sanctions de la CEDEAO à l’encontre du régime de transition malienne, l’enquête révèle que 92.42% de la population trouvent ces sanctions injustes (avec 76.13% très injustes et 16.28% plutôt injustes) contre 7.58% qui trouvent les sanctions justes (avec 3.49% de plutôt justes et 4.09% de très justes).

Concernant le niveau de confiance à la CEDEAO pour défendre les intérêts de la population ouest-africaine ; il ressort des résultats que seulement 7.51% de la population ont confiance à la CEDEAO (avec 1.04% beaucoup confiance et 6.47% plutôt confiance) contre 90.56% qui n’ont pas confiance à cette organisation (avec 67.51% de pas des tout confiances et 23.05% de pas plutôt confiance) pour défendre les intérêts de la population ouest-africaine.

Le Gouvernement Choguel plébiscité

Alors que la CEDEAO a indiqué que la population malienne est prise en otage par les autorités actuelles ; pour cette question, 94.28% de la population souhaitent que l’équipe actuelle reste alors que 5.72% souhaite qu’ils remettent le pouvoir à un démocrate.

Tout de même, 52.64% des enquêtés sont inquiets des probables effets négatifs des sanctions (avec 27.51% très inquiets et 25.13% plutôt inquiets) contre 47.22% qui ne sont pas inquiets (avec 33.90% de pas du tout inquiets et 15.32% de plutôt pas inquiets).

Une autre question importante adressée aux personnes enquêtées est relative à l’appui apporté par la France depuis 2012 au Mali dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

La France et Barkhane au pilori

Sur ce point, l’analyse des résultats montre que la majorité de la population n’est pas satisfaite de l’appui apporté par la France. En effet, 96.28% de la population (soit plus de 9 personnes sur dix) déclarent ne pas être satisfaites de l’appui apporté par la France (avec 82.30% pas du tout satisfaite et 13.98% pas plutôt pas satisfaite). Seulement 3.72% déclarent être satisfaites de cet appui.

Sur le même sujet (lutte contre le terrorisme) ; il ressort des résultats que 93.83% de la population ont confiance à la Russie (avec 67.29% beaucoup confiance et 26.54% plutôt confiance) contre 2.90% qui n’ont pas confiance à ce pays (avec 1.04% de pas du tout confiance et 1.86% de pas plutôt confiance).

Au cours de la même enquête, les personnes ont donné leur opinion sur plusieurs puissances ainsi que certaines organisations régionales voire internationales qui interviennent dans notre pays.

Des différentes réponses, il ressort que 4.31% des bamakois ont une opinion favorable à la France alors que 95.54% ont une opinion défavorable (0.15% n’ont pas pu donner leur opinion).

De même, 95.39% des bamakois ont une opinion favorable à la Russie alors que 2.73% ont une opinion défavorable (1.78% n’ont pas pu donner leur opinion).

Les Etats Unies récoltent 47.43% d’opinion favorable des bamakois alors que 43.94% ont une opinion défavorable (8.62% n’ont pas pu donner leur opinion).

Aussi, la Chine a le vent en poupe avec 91.08% d’opinion favorable des bamakois alors que 5.57% ont une opinion défavorable (3.35% n’ont pas pu donner leur opinion).

S’agissant des organisations ; 10.26% des bamakois ont une opinion favorable à la MINUSMA alors que 85.21% ont une opinion défavorable (4.54% n’ont pas pu donner leur opinion) ; aussi 7.14% des bamakois ont une opinion favorable à la CEDEAO alors que 91.31% ont une opinion défavorable (1.56% n’ont pas pu donner leur opinion).

Enfin, BARKHANE à l’image de la France, n’est pas la bienvenue à Bamako avec seulement 4.68% des bamakois qui ont une opinion favorable à cette force, alors que 90.33% ont une opinion défavorable (4.98% n’ont pas pu donner leur opinion).

Quid des personnalités

de la vie publique ?

S’agissant des personnalités de la vie publique, politique et miliaire, l’enquête a révélé que 97, 55% des bamakois ont une opinion favorable pour le Président de la transition, Assimi GOÏTA, (avec 83.72% très favorable et 13.83% plutôt favorable) de sa personne alors que 2.23% ont une opinion défavorable (0.22% n’ont pas pu donner leur opinion).

Pour le chef du gouvernement, Choguel Kokalla MAIGA, le sondage montre que 91.30% des bamakois ont une opinion favorable de sa personne alors que 6.39% ont une opinion défavorable (2.30% n’ont pas pu donner leur opinion).

L’ancien premier ministre Boubou Cissé traine derrière ces deux personnalités avec seulement 13.61% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 76.65% ont une opinion défavorable (9.74% n’ont pas pu donner leur opinion).

Il en est de même pour l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA qui récolte un taux de 13.83% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 74.87% ont une opinion défavorable (11.30% n’ont pas pu donner leur opinion).

Dans la même enquête, l’ancien Premier ministre Moussa Mara est aussi quotté de 47.36% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 43.57% ont une opinion défavorable (9.07% n’ont pas pu donner leur opinion).

L’ancien Premier ministre Cheick Modibo Diarra n’est pas mal loti avec 69.37% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 23.71% ont une opinion défavorable (6.91% n’ont pas pu donner leur opinion).

Le président des FARE AN KA WULI, l’ancien Premier ministre Modibo SIDIBE, a été évalué avec 37.03% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 44.91% ont une opinion défavorable (18.07% n’ont pas pu donner leur opinion).

Avec le candidat à l’élection présidentielle (de 2018) Aliou Boubacar Diallo, on trouve que 33.75% des bamakois ont une opinion favorable de sa personne alors que 32.79% ont une opinion défavorable (33.46% n’ont pas pu donner leur opinion).

Même sa situation est de loin meilleure à celle de l’ancien n°10 du M5-RFP, Issa Kaou Djim qui souffre le martyr dans ce sondage malgré son rôle important dans la chute d’IBK, avec seulement 5.95% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 79.77% ont une opinion défavorable (14.28% n’ont pas d’opinion ou bien ne connaissent pas la personne).

Le patron de CIRA-Mali, Seydou Mamadou Coulibaly, est également présent dans ce sondage avec un taux 8.92% des bamakois qui lui accorde une opinion favorable de sa personne alors que 7.58% ont une opinion défavorable (83.49% n’ont pas d’opinion ou bien ne connaissent pas la personne).

L’ancien ministre, Me Demba Traoré, de l’URD, est lui aussi présent avec 23.94% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 11.45% ont une opinion défavorable (64.61% n’ont pas d’opinion ou bien ne connaissent pas la personne).

Il est dépassé dans ce sondage par l’ancien ministre Mamadou Igor Diarra, de l’URD également, qui a eu un taux de 28.33% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 14.12% ont une opinion défavorable (57.55% n’ont pas d’opinion ou bien ne connaissent pas la personne).

Le candidat à l’élection présidentielle Niankoro dit Yeah Samaké a eu un taux de 23.42% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 8.33% ont une opinion défavorable (68.25% n’ont pas pu donner leur opinion ou bien ne connaissent pas la personne).

Des leaders religieux

qui ont la quotte

Dans la dernière partie de son sondage, l’institut de sondage GISSE a demandé aux personnes enquêtées de donner leur avis sur certaines personnalités religieuses de notre pays.

C’est le cas du Chérif Ousmane Madani Haidara, président du Haut conseil islamique (HCIM), qui a récolté 87.96% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 10.71% ont une opinion défavorable (1.34% n’ont pas pu donner leur opinion).

Il est devancé dans ce sondage par l’incontournable chérif de Nioro, Bouyé HAÏDARA, qui vient en tête avec 88.33% des bamakois qui ont une opinion favorable de sa personne alors que 10.19% ont une opinion défavorable (1.49% n’ont pas pu donner leur opinion).

Ces deux leaders dépassent de loin l’ancienne autorité morale du M5-RFP, l’imam Mahmoud DICKO.

Malgré son rôle important lors de la contestation qui a renversé le régime IBK, il est d’être le leader religieux préféré des Bamakois avec 49.52% d’opinion favorable des habitants sur sa personne alors que 47.88% ont une opinion défavorable (2.60% n’ont pas pu donner leur opinion).

Quelle solution pour résoudre cette tension qui existe entre notre pays et la CEDEAO ?

A cette question, les réponses les plus fréquentes sont : «Ne pas rompre le dialogue avec la CEDEAO ; mais garder à l’esprit l’intérêt des maliens » ; « Se retirer de la CEDEAO » ; «Ignorer d’abord cette CEDEAO et rester unis entre maliens ».

Quand on les a invités à adresser quelques mots au président Assimi GOITA, les réponses les plus récurrentes à cette question ouverte furent : «Nous le soutenons, qu’il fasse tout pour ne pas nous décevoir » ; «Qu’il travaille aussi sur la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et le chômage» ; « Qu’il double de vigilance, il y’a des ennemis internes et externes» ; «Qu’il reste toujours ouvert au dialogue avec la CEDEAO et avec la classe politique ».

Par Abdoulaye OUATTARA

L’article Sondage d’opinion sur les sanctions de la CEDEAO: plus de 95% de la population sont satisfaites de la gestion du pays est apparu en premier sur Actualités, Infos, News –

Journal INFO-MATIN
Maliwebmaliweb netPolitiquePolitique malienne
Dans un contexte d’extrême tension entre le Mali et la CEDEAO, l’UEMOA, la France, l’Ingénieur Statisticien Économiste, Sidiki GUINDO, a procédé à un sondage qui s’est déroulé du vendredi 14 au dimanche 16 janvier 2022, sur un échantillon de 1345 individus dans le district de Bamako sur l’actualité nationale...