Le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD) note que 2019 qui s’achève aura été une année particulièrement difficile et meurtrière avec de nombreuses victimes civiles, militaires, maliennes, africaines et étrangères. Formulant ses vœux de changement, il s’inquiète déjà pour 2020. “L’année 2020, à l’instar de 2019, débute sous une note macabre, déjà plusieurs morts”, dit-il.

 

Les militants de l’Union pour la République et la démocratie (URD) ont présenté, jeudi 16 janvier, leur vœu de nouvel an à leur président, Soumaïla Cissé. Occasion pour le chef de file de l’opposition malienne de revenir sur les événements qui ont marqué l’année 2019. “L’année 2019 qui s’achève aura été une année particulièrement difficile et meurtrière avec de nombreuses victimes civiles, militaires, maliennes, africaines et étrangères. Je réitère mes condoléances à toutes les familles endeuillées et aux orphelins esseulés. Les dures réalités de l’année 2019 et des précédentes exigent la mise à la disposition de nos forces armées et de sécurité de moyens adéquats afin de les rendre plus fortes, professionnelles, républicaines et capables de défendre et de garantir, de manière durable, la sécurité et l’intégrité du territoire national. L’année 2019 aura été aussi une année éprouvante pour notre peuple confronté à de nombreuses formes d’insécurité, de précarité, de mauvaise gouvernance et surtout de déficit d’Etat.  L’année 2020, à l’instar de 2019, débute elle aussi sous une note macabre, déjà plusieurs morts civils et militaires. C’est inquiétant”, a déclaré le chef de file de l’opposition.

Pour lui, nous entamons cette nouvelle année dans un contexte marqué encore par les violences de masse qui s’installent hélas durablement sur la majeure partie du territoire national, entrainant la désolation, les déplacements de population, le dénuement et le désespoir pour des millions de nos compatriotes.

Soutien à l’armée

“C’est parce que l’armée est victime comme les autres corps de la société de l’insouciance et de la gabegie du régime, que l’Assemblée nationale, saisie par mes soins, a déjà mis en place une commission d’enquête parlementaire sur les fameux aéronefs cloués au sol. La commission d’enquête n’a toujours pas déposé son rapport et j’ai bien peur que comme le rapport de la commission d’enquêtes sur les évènements de mai 2014 à Kidal, nous attendions encore et encore ce rapport. L’URD rappelle encore une fois de plus son soutien total aux forces armées et de sécurité. La nation malienne doit être solidaire, généreuse et reconnaissante envers son armée, envers ses fils et leur famille qui ont donné de leur sang pour que le Mali reste debout…”, a indiqué M. Cissé.

 

Dialogue national inclusif au centre des débats

La fin de l’année 2019 a été marquée par le Dialogue national dit inclusif, souligne-t-il. “Bien que ce dialogue soit qualifié de réussite, le climat social ne cesse de se détériorer, avec les grèves à répétition dans l’éducation et la santé. En plus aucune accalmie n’est perceptible sur le plan sécuritaire. Nous prenons acte des résolutions du dialogue national et attendons du gouvernement la publication du mode opératoire de mise en œuvre de ses résolutions, dans un climat social et sécuritaire fortement dégradé sur fond d’une mauvaise gouvernance des plus criardes. Le bureau exécutif national analysera très vite la situation ainsi créée et prendra les décisions idoines dans l’intérêt de notre parti en particulier et du Mali en général”.

Pour lui, face au désarroi qui est aujourd’hui celui du peuple malien, l’URD doit continuer à porter l’espoir de millions de Maliens et de Maliennes.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

MaliwebPolitique
Le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD) note que 2019 qui s’achève aura été une année particulièrement difficile et meurtrière avec de nombreuses victimes civiles, militaires, maliennes, africaines et étrangères. Formulant ses vœux de changement, il s’inquiète déjà pour 2020. “L’année 2020, à l’instar de...