Le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé a dévoilé, le lundi 9 juillet dernier, son ambitieux projet afin de « réparer un pays abimé » avec des mesures fortes et des chantiers de reformes destinés à améliorer les conditions de vie et de travail des Maliens. La cérémonie de présentation s’est déroulée à l’hôtel de l’amitié en présence des membres du directoire de campagne et de plusieurs personnalités.

Selon le candidat Soumaïla Cissé, le mandat présidentiel 2018-2022 devra être un mandat de rupture des pratiques anciennes, de transition, et de reformes notamment économiques afin d’impulser une nouvelle dynamique dans le pays.

« Nous sommes capables de  renverser la tendance et de faire renaitre les choses », a martelé M. Cissé. Très à l’aise, le candidat Cissé a épluché les grandes lignes de son projet de société pour le  quinquennat. Un programme qui, selon lui, est réaliste et propice au changement. Le programme  s’articule autour de cinq piliers.

Les 5  piliers de son projet de société sont : restaurer la paix, la sécurité du pays, et l’autorité de l’Etat ; instaurer un véritable dialogue entre tous les maliens ; mettre l’Etat au service des populations ; donner aux jeunes et aux femmes la place qui leur est due dans la société  et  construire une économie performante et solidaire.

Soumaïla Cissé  promet  de restaurer la paix et la sécurité  et l’autorité de l’état à travers la création de Brigades d’intervention rapide (BIR), composée de soldats et de gendarmes maliens, déployées dans le Nord et le Centre du pays pour être plus réactifs face aux menaces et aux attaques. Il s’est engagé à améliorer le budget de l’armée et l’accélération de la réforme du secteur de la sécurité, en concertation avec les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. M. Cissé promet également d’œuvrer au renforcement de la démocratie, au bon fonctionnement  des institutions…

Le deuxième pilier du candidat Cissé ? Il vise à développer le dialogue social inclusif et apaisé. Ce volet prévoit aussi de faire la diversité culturelle un élément d’union entre les maliens et du sport un trait d’union entre les  maliens. Soumaila s’engage aussi à instaurer un débat constructif  avec les  autorités religieuses et coutumières.

Evoquant le troisième pilier, Soumaïla Cissé a déclaré que l’Etat a pratiquement cessé d’assurer ses services vitaux comme la santé et l’éducation des populations. A cet effet, il a promis la médicalisation de tous les centres de santé communautaires (CSCOM) par le recrutement systématique des diplômés en médecine ; l’équipement approprié des CSCOM ; le recrutement systématique des diplômés des écoles de formation à l’enseignement ; l’ouverture de trois classes par village ; l’adoption d’une loi de protection des personnes handicapées, l’accélération de la mise en œuvre du cadastre ; la construction des logements sociaux etc.

Quant au quatrième pilier, le candidat de l’URD envisage de faire du Conseil national des jeunes un organe consultatif pour toute décision importante à caractère réglementaire ou législatif relative à la jeunesse. Selon lui, un quota d’au moins 20% de députés sera réservé aux jeunes à partir d’un système proportionnel. Il y aura, dit-il, l’ouverture de nouveaux espaces de loisirs (Maisons des jeunes, Centres de développement de la jeunesse, Foyers des jeunes) dans toutes les villes du pays pour en faire de véritables lieux d’épanouissement des jeunes, l’ouverture des « Guichets uniques/jeunesse » pour permettre aux jeunes d’accéder à la bonne information concernant leurs santés, leurs formations et leurs opportunités d’emploi et à d’autres aspects de développement. Aussi, un accent particulier sera mis sur  la représentativité des femmes dans les postes électifs et administratifs (notamment 30% des postes de députés aux femmes).

Enfin sur le cinquième pilier (l’économie), le candidat Cissé  entend  procéder à une relecture des textes règlementaires fondamentaux dans le but de déceler les anachronismes et les entraves qui bloquent le développement des entreprises, de mieux intégrer la politique d’harmonisation du droit économique dans une perspective d’intégration sous régionale et régionale. Il envisage aussi de renforcer les capacités des opérateurs économiques et de renforcer la capacité de financement des systèmes financiers (banque, institutions financières, systèmes financiers décentralisés). En outre, il a fait savoir que l’accent sera mis sur le développement d’une politique active de partenariat industriel avec des entreprises de pays ayant pris des avances dans des secteurs spécifiques.

Désenclaver le Mali !

Pour encourager la création des petites et moyennes entreprises (PME), Soumaïla Cissé envisage une réduction du coût de la création d’entreprise et du coût des opérations de transit. « Mon ambition est de désenclaver le Mali, grâce à des infrastructures appropriées, des services de transport efficaces, fiables et sûrs qui approvisionnent le pays à moindre coût, afin de répondre aux besoins des entreprises et des populations. La route, le rail, l’avion et le fleuve seront concernés », a dit le candidat de l’URD.

La construction d’un quatrième pont sur le fleuve Niger à Bamako en deux fois 2 voies figure dans cet ambitieux programme. « Nous allons mettre en place un programme ambitieux de mesures visant à moderniser l’agriculture, améliorer et augmenter la valeur ajoutée de l’élevage, rationnaliser la gestion de la ressource halieutique, garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle de nos concitoyens, accroître l’impact du secteur minier, rebâtir notre secteur industriel, redynamiser l’artisanat et créer un environnement propice à la conquête du marché et aux exportations. Faisons une utilisation dynamique et responsable de tous les atouts de notre économie », a déclaré le candidat.

Une fois élu président de la République, Soumaïla Cissé promet aussi  une réduction du coût de l’eau et une révision des modes de paiements des factures d’eau. Quant à la gestion des ressources du sous-sol,  il annonce la création d’un holding financier pour la gestion participative de l’Etat dans les sociétés minières.

Par ailleurs, le candidat de l’URD et de  la plateforme d’Alliance prendra des mesures pour des médias libres et indépendants au service d’une véritable démocratie. Et pour cela, il propose : une révision du statut de l’ORTM, l’augmentation de l’appui à la presse privée, ainsi que la sécurisation des journalistes dans l’exercice de leur métier etc.

Pour Soumaïla Cissé, son programme présidentiel « est le fruit des entretiens, écoutes, plaintes de nos compatriotes, du milieu rural, comme du milieu urbain, des femmes et des hommes, des jeunes et des vieux, bref de toutes les sensibilités et secteurs de notre pays, qui dans un élan patriotique de sursaut national, réclament à cor et cris l’alternance et le changement ». Et d’ajouter : «  ce programme est la réponse à vos préoccupations légitimes, à vos frustrations, à vos doutes et inquiétudes. Il est également, après des promesses non tenues, une gestion désastreuse de notre pays, le socle de la redéfinition du contrat social avec les maliens, pour relever le pays et corriger l’immense gâchis qu’a été ces cinq dernières années », a-t-il déclaré.

Le candidat  chiffre le cout total du programme à 7 310,1 milliards de F CFA soit 82,4 % du PIB de 2017 (8 868,4 milliards FCFA).

Mémé Sanogo

Source: L’ Aube

MaliwebPolitique
Le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé a dévoilé, le lundi 9 juillet dernier, son ambitieux projet afin de « réparer un pays abimé » avec des mesures fortes et des chantiers de reformes destinés à améliorer les conditions de vie et de travail des Maliens. La cérémonie de présentation s’est déroulée...