Qu’est-ce qu’il a bien pu se passer pour qu’entre le chef de l’Etat et le chef de file de l’opposition les relations se refroidissent aussitôt après un réchauffement acquis de haute lutte.

 

La question demeure suspendue sur les lèvres, en dépit de l’avènement d’un accord politique dont le chef de file n’est pas signataires justement parce que la méfiance s’est réinstallée entre lui et son principal rival des dernières présidentielles. Soumi en veut notamment au président de la République d’avoir joué à prendre l’opposition à l’usure, mais IBK ne semble pas manquer non plus de griefs contre le challenger à qui la mission avait été dévolue de de démarcher les anciens présidents en vue de leur attribuer un rôle dans la décrispation politique et la résolution de la crise malienne.

De source proche de Koulouba, IBK n’a point apprécié que Soumi s’en soit chargé en même temps qu’il accordait sa caution et sa bénédiction à la célèbre manifestation «dégagiste» du monde musulman contre Koulouba et le Gouvernement. En clair, IBK croit dur comme fer que le chef de file de l’opposition avait joué sur deux registres même s’il a trouvé des astuces pour s’absenter du pays pendant l’événement.

Le Temoin

MaliwebPolitiquecrise malienne
Qu’est-ce qu’il a bien pu se passer pour qu’entre le chef de l’Etat et le chef de file de l’opposition les relations se refroidissent aussitôt après un réchauffement acquis de haute lutte.   La question demeure suspendue sur les lèvres, en dépit de l’avènement d’un accord politique dont le chef de...