Dans moins d’une semaine, soit le lundi 30 novembre prochain, un sommet virtuel se tiendra entre les dirigeants des pays du G5 Sahel et l’Union européenne. L’ordre du jour de cette rencontre sera marqué par des échanges sur l’avenir de la force conjointe, la Coalition pour le Sahel ainsi que l’Opération Takuba. La nouvelle a été confirmée par l’envoyé spécial pour le Sahel de la République tchèque, Tomas Ulicny.

 

Le diplomate a indiqué que ce sommet va confirmer l’engagement de l’UE au Sahel. Pour lui, l’UE est disposée à renforcer son appui aux pays du Sahel à condition que les dirigeants de ceuxci fassent preuve de plus d’efficacité et de volonté. Outre les dirigeants des pays du G5 Sahel, cette réunion verra notamment la participation du président du Conseil européen, Charles Michel. Les trois sujets au programme de cette rencontre sont l’avenir de la force militaire sahélienne, la Coalition pour le Sahel ainsi que l’opération Takuba. Il est donc prévu des échanges pour renforcer le soutien de l’UE aux pays du Sahel pour faire face à certains défis tels que la sécurité et la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19.

Dans le même ordre d’idée, il faut rappeler que c’est la première fois que la République Tchèque désigne un envoyé spécial pour le Sahel. L’armée tchèque dirige actuellement, pour la première fois, la mission européenne de formation de soldats maliens, EUTM Mali, une mission très importante au regard du rôle que l’armée malienne est appelée à jouer dans la lutte contre le terrorisme. Les Tchèques sont même le contingent le plus important après l’Espagne. Sans compter le fait que ce pays a donné son accord pour faire participer 60 éléments de ses forces spéciales à l’Opération Takuba déjà opérationnelle depuis août dernier.

Leur arrivée au Mali pour un mandat d’un an est attendue, selon l’envoyé spécial pour le Sahel de la République tchèque, Tomas Ulicny, soit en janvier ou en début février 2021.

Stabiliser le Sahel

Il est important de préciser que la République tchèque est l’unique pays d’Europe centrale et orientale qui s’occupe de ce dossier très activement. Pour le diplomate tchèque :  » la stabilité et la sécurité dans la région du Sahel sont très liées à la sécurité de l’Europe et de la République tchèque. L’instabilité dans cette région peut impacter la stabilité de l’Europe. Nous aimerions contribuer à stabiliser la situation dans cette région. Les priorités sont la lutte contre le terrorisme, contre la migration illégale et l’amélioration des conditions de vie pour la population « . Comme la plupart des contingents déployés au sein de l’EUTM, les soldats tchèques ont dû suspendre leur programme de formation en direction de l’armée malienne à cause de la pandémie de la Covid19 et le coup d’Etat militaire du 18 août dernier. Une coopération qui reprend timidement après que les autorités de la transition eurent accepté les exigences de la CEDEAO pour le retour à l’ordre constitutionnel normal. A en croire, le diplomate, cela passe surtout par la tenue d’élections libres et transparentes d’ici quinze mois afin de transférer le pouvoir à des civils élus. Il a aussi salué la volonté des autorités de la transition à appliquer l’Accord issu du processus d’Alger à travers l’implication des représentants des mouvements dans les différents organes de la transition. Il a écarté toute ressemblance de la situation au Mali à celle de l’Afghanistan soulignant le fait que tous les acteurs coopèrent de bonne foi et que la population, dans son écrasante majorité soutient les autorités en place.

Massiré DIOP

Source : l’Indépendant

MaliwebPolitique
Dans moins d’une semaine, soit le lundi 30 novembre prochain, un sommet virtuel se tiendra entre les dirigeants des pays du G5 Sahel et l’Union européenne. L’ordre du jour de cette rencontre sera marqué par des échanges sur l’avenir de la force conjointe, la Coalition pour le Sahel ainsi...