emblée générale du réseau APEM, le 4 janvier le magistrat Dramane Diarra, non content d’être mis en minorité au moment du renouvellement du bureau, a quitté la salle. Ce qui n’a pas empêché la mise en place du nouveau bureau de la structure. Il va procéder à un hold-up pour s’autoproclamer président du réseau à la tête un bureau fantoche à sa solde.

                                      Réseau Appui Processus Électoral Mali Ong Apem legislative mali Mary Beth Leonard usa ambassadeur

 

 

Le réseau APEM a fait un travail appréciable dans l’observation des dernières élections. M. Dramane Diarra, un des cadres dirigeants a, selon nos sources, décidé de succéder à Ibrahima Sangho, le président du réseau. Seulement, « il a, avec l’aide de certains magistrats, comme lui, apparentés au Syndicat autonome de la magistrature (SAM), violé les textes régissant l’association pour se rebeller contre le bureau légitime de la structure », a déclaré un cadre du réseau qui a requis l’anonymat.

 

 

Comment des représentants d’un syndicat de magistrats peuvent faire irruption au siège d’une organisation, dont ils n’ont jamais été membres, dans le but de la contrôler ? Une fois autoproclamé président de ce bureau illégal,  Dramane Diarra s’est  a envoyé au siège du réseau un exploit d’huissier exigeant la restitution des biens du réseau. Par cette procédure, estiment certains membres du réseau, M. Diarra veut détruire la notoriété de ce réseau contre lequel il n’hésite pas aujourd’hui à fomenter un tel hold-up. Après l’avoir servi durant des années, simplement pour des motivations politiques sordides. Dramane Diarra est accompagné dans son entreprise par cet autre avocat de l’AMDH, la dame de fer de la CAFO (membre de la CENI et de la commission vérité, justice et de réconciliation), tous propulsés au sein du bureau illégal. Sans respect d’aucune procédure régulière appelant au quorum et au contradictoire, nécessaire pour rendre crédible et respectable les assises associatives de ce genre.

 

 

 

Joint par nos soins, Dramane Diarra a indiqué que « sous la poussée de voix qui s’élevaient de plus en plus pour le renouvellement du Bureau du Réseau APEM, le président sortant a, le 24 décembre 2013, sans information du bureau, convoqué l’Assemblée Générale de renouvellement pour la date du 15 janvier 2014 à 17 heures au siège du Réseau. Il a en même temps convoqué une réunion préparatoire de l’Assemblée le 4 janvier 2014 à 10 h au siège du Réseau APEM. Or, il est clair dans les statuts du réseau que l’Assemblée Générale est convoquée au moins 15 jours à l’avance. Au lieu d’attendre la date indiquée, Sangho a fait une forfaiture en imposant l’ordre du jour à  la réunion préparatoire pour en sortir avec un soi-disant bureau ».

 

 

Rappelons que parmi les 52 membres connus du réseau, il y a au moins 36 actifs, répertoriés lors des deux réunions de concertations avec les structures membres ; et le bureau illégal dirigé par M. Diarra a été mis en place par moins d’une dizaine d’associations, embarquées aux forceps.   

 

 

                                 Bruno D SEGBEDJI

 

SOURCE: L’Indépendant

kantePolitique
emblée générale du réseau APEM, le 4 janvier le magistrat Dramane Diarra, non content d’être mis en minorité au moment du renouvellement du bureau, a quitté la salle. Ce qui n’a pas empêché la mise en place du nouveau bureau de la structure. Il va procéder à un hold-up...