Sur orbite depuis quelques mois, l’Alliance pour République et le progrès (ARP), présidée par le président de l’UDD, Tiéman Huber Coulibaly, suscite des interrogations. Y-a-t-il divorce avec la plateforme Ensemble pour le Mali (EPM) ? Invité de l’émission “Grand jury” de Renouveau TV et FM, l’ancien chef de la diplomatie malienne n’a pas fait dans la dentelle. “Nous avons des divergences…”, confirme-t-il. 

Pour le président de l’Union pour la démocratie et le développement (UDD) et du nouveau pôle politique “Alliance pour République et le progrès (ARP)”, cela ne fait  l’ombre d’aucun doute : le Mali vit l’une des périodes les plus difficiles de son existence. “Le Mali n’avait jamais connu de difficultés telles que nous le vivons aujourd’hui”, dit-il pour justifier la main tendue à tous les acteurs politiques.

Une raison de la création de l’Alliance pour République et le progrès (ARP). “Mon obsession aujourd’hui, ce n’est pas 2023 ! Mon obsession, c’est ce qui est à côté, c’est le Dialogue politique inclusif et le dialogue national. Mon obsession, c’est comment faire en sorte que la pacification du pays progresse ? Mon obsession, c’est comment faire en sorte que l’Assemblée nationale qui est l’une des institutions les plus importantes de notre pays voit son mandat renouvelé ? Mon obsession, c’est faire en sorte que les réformes administratives et institutionnelles que nous devons obligatoirement faire pour revenir dans un certain ordre puissent se faire. Après, nous serons un pays en état d’organiser une élection présidentielle pour avoir un nouveau chef d’Etat”, laisse entendre Tiéman Hubert Coulibaly sur Renouveau TV et FM.

Différence et divergences avec EPM

L’ARP est-il le fruit d’une frustration de l’ancien ministre d’IBK ?

Tiéman Hubert Coulibaly apporte des éclaircissements. “Aujourd’hui, j’apprécie la position qui est la mienne, qui est de construire un pôle politique dynamique qui participe aux débats. J’apprécie beaucoup la position qui est la mienne qui me permet de prendre la distance par rapport à ma propre action au sein du gouvernement du Mali. Juger ce qui a été bien, ce qui a été mal fait et tirer des leçons et contribuer en cela. L’ARP, ce n’est pas un joujou, ce n’est pas un caprice ou ce n’est pas un élément tactique, non, c’est un élément stratégique, nous sommes dans une construction de fond. Il ne s’agit pas d’aller à la pêche au poste ministériel, ce n’est pas ça”, explique le président de l’APR.

Y-a-t-il divergence au sein des soutiens du président IBK ?

“Il y a, y compris au sein de la majorité présidentielle dont nous faisons parties, des différences. Des différences d’identités, peut-être même des différences d’objectif”, reconnaît M. Coulibaly.  “Nous engageons aujourd’hui une phase politique qui demande beaucoup de clarification. Il n’est pas certain que ceux qui se sont mis d’accord pour faire réélire Ibrahim Boubacar Kéita comme président de la République soient d’accord pour la même chose pour la suite des choses. Et ça je l’assume ! Nous avons des différences ! Nous avons des divergences et pour affirmer vos positions sans briser ou perturber l’harmonie d’un groupe, il vaut mieux constituer un groupe à côté, pas parallèle…..Lire la suite sur Aumali

Alpha Mahamane Cissé

Source: L’indicateur du Renouveau

MaliwebPolitique
Sur orbite depuis quelques mois, l’Alliance pour République et le progrès (ARP), présidée par le président de l’UDD, Tiéman Huber Coulibaly, suscite des interrogations. Y-a-t-il divorce avec la plateforme Ensemble pour le Mali (EPM) ? Invité de l’émission “Grand jury” de Renouveau TV et FM, l’ancien chef de la...