« Je jure devant Dieu et le peuple malien, de préserver en toute fidélité le régime Républicain. De respecter et de faire respecter la Constitution, la charte de la transition et la loi, de remplir mes fonctions dans l’intérêt supérieur du peuple, de préserver les acquis démocratiques, de garantir l’unité nationale, l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire nationale. Je m’engage solennellement et sur l’honneur à mettre tout en œuvre pour la réalisation de l’unité africaine. Je jure, je le jure ».

 

C’est en récitant ces mots, main droite levée que le président désigné de la Transition, le colonel à la retraite Bah N’daw a prêté serment ce vendredi au CICB. Son vice-président, le colonel Assimi Goita s’est également prêté à l’exercice en récitant le même texte. Ils ont prêté serment devant les membres de la cour suprême, et en présence du président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo, du médiateur de la CEDEAO Goodluck Jonathan, et le ministre des Affaires étrangères du Ghana Shirley Ayorkor Botchway, dont le président est celui en exercice de la CEDEAO. Lors de sa toute première allocution, le président de la transition a tenu un discours fort. Il s’est dit « prêt au sacrifice suprême pour que le Mali redevienne le Mali de nos rêves ». Il a assuré qu’il « combattra sans concession les scrutins aux couts astronomiques, la fraude électorale, l’achat des voix ». Le colonel à la retraite a aussi promis que les moyens de l’armée iront dans l’armée et que les dossiers d’enquêtes seront transférés aux juges.

 Journal du Mali

MaliwebPolitique
« Je jure devant Dieu et le peuple malien, de préserver en toute fidélité le régime Républicain. De respecter et de faire respecter la Constitution, la charte de la transition et la loi, de remplir mes fonctions dans l’intérêt supérieur du peuple, de préserver les acquis démocratiques, de garantir l’unité...