Depuis le 05 octobre 2020, un Gouvernement de Transition piloté par un Diplomate de carrière est mis en place. Ce gouvernement s’efforce tant bien que mal à relever le défi en comblant les attentes d’ici la fin de l’échéance fixée par la Charte de la Transition. Une vingtaine de personnalités maliennes forment cette équipe qui entoure le Premier ministre Moctar OUANE.

 

Chacun, dans son style, s’attèle pour ne pas décevoir le chef de gouvernement et le Président Bah N’Daw dans l’exercice de la haute et exaltante mission confiée. Mais à observer ces ministres de la Transition, un constat se dégage tout de suite. Selon bon nombre d’observateurs, il y a dans l’équipe quelques têtes dont on peut se satisfaire des actions. Parmi ces personnalités du gouvernement qui démontrent chaque jour que la Nation peut compter sur elles, on cite le ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Mohamed Siddati   Dicko, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Amadou Keïta, le chef du Département de l’Education Nationale, Prof Doulaye Konaté, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Kadiatou Konaré et aussi le ministre de la Défense, Col. Sadio Camara.

Ces ministres sont perçus comme de gros travailleurs de par leur ‘’agressivité ‘’dans la conduite des affaires de leur département. Présents partout, ils impulsent un dynamisme à tous les services qui sont placés sous leur tutelle et  dans la plus grande discrétion.

Tel n’est pas le cas chez d’autres qui s’illustrent dans un populisme qui fait rire des maliens. La palme d’or du populisme revient au ministre de la Réconciliation Nationale et à celui de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation. Ces deux officiers de la junte du CNSP présents dans ce gouvernement de Transition font montre d’un amateurisme sans pareil et démontrent à travers leurs actions, qu’ils n’ont de compte à rendre à aucun malien hormis leurs frères d’armes du 18 août 2020. Ils tirent l’équipe de Moctar OUANE vers le bas, selon des observateurs qui évoquent certains de leurs actes qui suscitent une vive polémique dans le pays. Quant à ceux qui sont jugés médiocres dans le travail, plusieurs noms reviennent dans les débats. On parle beaucoup du ministre des Transports et des Infrastructures et de son collègue du Travail et de la Fonction Publique, Porte-parole du gouvernement, Me Harouna Toureh.

Le premier cité est timide dans les initiatives, ou n’en a même pas, selon ce qui se dit. Quant au second on lui reproche son silence de carpe devant les tensions sociales liées aux revendications des travailleurs maliens.

Porte-parole du gouvernement, le ministre Toureh est déboussolé devant la pression des différents syndicats. Face à l’UNTM qui a mis le pays aux arrêts pendant plusieurs jours, le ministre du Travail n’a rien pris comme initiative visant à baisser la tension ou  désamorcer la bombe sociale s’il faut le dire ainsi. Dans le lot des ministres reconnus comme ‘’incapables’’ de réussir dans la mission est cité, Bintou Founé Samaké ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille. Le Chérif de NIORO l’aurait dans son viseur à cause d’un projet de loi sur la BVG.

LAYA DIARRA

MaliwebPolitique
Depuis le 05 octobre 2020, un Gouvernement de Transition piloté par un Diplomate de carrière est mis en place. Ce gouvernement s’efforce tant bien que mal à relever le défi en comblant les attentes d’ici la fin de l’échéance fixée par la Charte de la Transition. Une vingtaine de...