Exit les lampions de la CEN, qui dans deux ou trois jours, retournera aux oubliettes comme le non-événement qu’elle fut, une grande messe dans un champ de ruines. Dur retour donc à notre cruelle réalité, un pays qui se meurt en proie au doute et aux plus grandes peurs et frayeurs de sa difficile existence.

Abdoulaye Garba Tapo ancien ministre avocat juriste adema pasj

Aujourd’hui, je vous parlerai de la Grosse fatigue. Vous vous écarquillez déjà les yeux de surprise en vous disant qu’est-ce qu’il vient nous sortir encore. Cette grosse fatigue vous ramènera à une triste réalité, ce désamour entre un homme adulé et accueilli il y a si peu comme un messie et qui aujourd’hui est voué aux gémonies et aux sarcasmes, voire à la haine et au mépris qu’aucun responsable de son rang n’a jamais connus. Grosse Fatigue, est le titre d’un film français de 1994 réalisé par le comique Michel Blanc. C’est l’histoire d’un acteur pour qui la célébrité allait se transformer en cauchemar tout à coup sans qu’il puisse comprendre les raisons du brusque désamour et désaffection de ses admirateurs. A chaque apparition, à la place des demandes d’autographes et des applaudissements de circonstance, il reçoit des gifles et coups de griffes et insultes de toutes sortes.

Je n’ai aucune explication à ce phénomène, mais nous avons son équivalent dans toutes nos langues, et il se traduit par une sorte de ras-le-bol épidermique qu’il arrive à tout un ensemble de personnes d’éprouver, une colère et une hostilité viscérales contre une personne sans parfois qu’on en sache les raisons profondes, sauf que dans notre cas, on peut penser à l’énorme déception de tout un peuple qui, dans sa grande majorité, y compris votre serviteur, ont cru en un homme dont on pensait qu’il allait nous sortir vite de cet inextricable pétrin. Souvent, nous disons cruellement d’une personne que nous en avons assez, nous ne voulons même plus la voir. Et ce sentiment est tellement contagieux. Je vous laisse deviner la suite et prie tout un chacun de retenir sa colère et de se livrer à des prières pour que, durant le peu de temps qui reste de ce mandat, notre homme puisse se ressaisir et retrouver toutes les vertus dont nous l’avons paré.

Me Abdoulaye Garba Tapo

Ancien ministre

Source: L’ Aube

MaliwebChroniquesmaliwebPolitique
Exit les lampions de la CEN, qui dans deux ou trois jours, retournera aux oubliettes comme le non-événement qu’elle fut, une grande messe dans un champ de ruines. Dur retour donc à notre cruelle réalité, un pays qui se meurt en proie au doute et aux plus grandes peurs et...