« Nous n’avons pas d’intérêt d’exclure quelqu’un », « Il n’y a pas de flou » sont des messages d’assurance lancés par les facilitateurs du Dialogue national inclusif (DNI) en conférence de presse, hier lundi. Ils sont également une réponse à une partie des acteurs qui ont opté pour la politique de la politique de la chaise vide avant le Grand Dialogue.

L’équipe de triumvirat chargée de la facilitation du Dialogue national inclusif (DNI) était face à la presse, ce 14 octobre 2019, au siège du Médiateur de la République, au même moment, les concertations au niveau des cercles et dans le district Bamako étaient en cours. L’occasion était bonne pour les conférenciers : Baba Akhib HAIDARA, Ousmane I MAIGA et Aminata Dramane TRAORE de faire le point du processus en cours.
Le contexte de la tenue de ladite conférence est marqué par les déclarations de retrait de certains partis politiques ou regroupements de partis et d’associations de la société civile du Dialogue national inclusif. Il s’agit notamment du FSD et les partis politiques qui le composent, de la Plateforme ‘’Anw Ko Mali Dron’’. Outre des partis politiques, une partie de la société civile et la CMA sont également du lot des partisans du boycott du Grand dialogue. Des refus qui surprennent les facilitateurs. Et pour cause, depuis son installation, en fin juin dernier, l’équipe du triumvirat est pied d’œuvre afin de garantir l’inclusivité de l’initiative, a rappelé Ousmane I MAIGA. Puis, a-t-il signalé, l’ensemble des forces vives de la nation et d’autres personnalités indépendantes ont été rencontrés afin de recueillir auprès d’elles des informations et conseils. Mieux, a affirmé M. MAIGA, aucune décision n’a été prise seule par l’équipe du triumvirat. De l’élaboration des TDR jusqu’à leur validation, tous les acteurs étaient associés y compris ceux qui sont réticents à participer aux débats.
« Nous n’avons pas été approchés par l’opposition en tant que facilitateurs qu’elle ne participera pas au Dialogue. C’est dans la presse que nous avons appris la nouvelle. En dépit de cela, nous allons essayer de les rencontrer afin qu’ils rejoignent le groupe. Nous continuons de penser que tout le monde participera au Grand dialogue », a poursuivi le conférencier. Car, selon Ousmane Issoufi MAIGA, il n’y a pas d’autre alternative à la crise du Mali que le vrai dialogue. Comme avec la classe, l’ancien Premier ministre a exprimé la disponibilité du triumvirat de rencontrer à nouveau la CMA.
Également, pour l’ancienne ministre de la Culture, Aminata Dramane TRAORE, ils ne vont ménager aucun effort pour rassurer et assurer l’inclusivité du dialogue. Toutefois, selon elle, les le Triumvirat n’a aucun intérêt d’exclure quelqu’un.
« On fera de tout de notre mieux. On ne va pas se décourager », a déclaré Aminata Dramane TRAORE. À ce stade du processus, elle ne pense pas que l’on puisse douter de leur bonne foi pour avoir fait beaucoup de concessions.
« De dialogue politique inclusif, on est allé au dialogue national inclusif même si fondamentalement ça ne change rien », a-t-elle pris l’exemple.
Se prononçant sur le refus de certains acteurs à prendre part au Grand dialogue, l’altermondialiste est ferme. Elle a indiqué des initiatives afin de ramener tout le monde autour de la table, à défaut, leur absence ne peut nullement entacher l’inclusivité du dialogue. « Ce n’est pas parce qu’une minorité refuse de participer au dialogue qu’il n’est pas inclusif », a-t-elle clarifié avant de déclarer que le pays est dans une phase où l’on ne doit pas jouer avec les mots et le déclin de la nation. Par ailleurs, elle est persuadée que nul n’a le monopole de l’inclusivité.
À son tour, Baba Akhib HAIDARA a invité à faire la nuance entre inclusivité et unanimité. Selon lui, du moment où tous les acteurs ont été associés dès le début au processus, il y a inclusivité. Et à sa connaissance, personne n’a été exclu du débat.
Auparavant, les conférenciers s’étaient prononcés sur le dialogue qui a débuté hier au niveau des cercles. Ces rencontres se déroulent sur les 6 thématiques approuvées par l’atelier de validation. C’est après ces étapes que le Grand dialogue se tiendra.
La conférence de presse a été marquée également par le lancement officiel du portail d’information sur le processus dialoguenational.ml. Cet outil sera un instrument pour un grand de nombre de personnes de contribuer aux débats en y envoyant leur proposition. Aussi, pour ceux qui ne savent pas écrire, ils peuvent envoyer des vidéos. La conception de ce site prend en compte toujours le souci d’inclusivité de l’approche.

Par Sikou BAH

Source: info-matin

MaliwebPolitique
« Nous n’avons pas d’intérêt d’exclure quelqu’un », « Il n’y a pas de flou » sont des messages d’assurance lancés par les facilitateurs du Dialogue national inclusif (DNI) en conférence de presse, hier lundi. Ils sont également une réponse à une partie des acteurs qui ont opté pour la politique de la...