Abidjan – Le président de la Communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le chef de l’Etat nigérien Mahamadou Issoufou, a déclaré, lundi 27 juillet 2020 qu’un départ forcé du président Ibrahim Boubacar Kéïta est « contraire » aux règles démocratiques en vigueur au sein de l’organisation.

« Le Mali a aujourd’hui besoin d’une Assemblée nationale conforme aux résultats des élections législatives, d’un gouvernement d’union nationale, d’une nouvelle Cour constitutionnelle (et) d’une enquête sur les événements des 10, 11 et 12 juillet », qui ont fait entre 11 et 23 morts, a souligné par vidéoconférence, le président Mahamadou Issoufou, lors du sommet extraordinaire de la CEDEAO.

Depuis le 05 juin 2020, un mouvement de contestation est né au Mali exigeant la démission du président Ibrahim Boubacar Kéïta, pour “mauvaise gestion”, dit-il.

La CEDEAO tente de résoudre la crise au Mali.

eaa/ask

Source: AFP
MaliwebCrise maliennePolitique
Abidjan - Le président de la Communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le chef de l’Etat nigérien Mahamadou Issoufou, a déclaré, lundi 27 juillet 2020 qu’un départ forcé du président Ibrahim Boubacar Kéïta est « contraire » aux règles démocratiques en vigueur au sein de l’organisation. «...