Décidément la crise entre les enseignants et le premier ministre Boubou n’est pas prête à finir. Dans une lettre adressée au directeur national du trésor, datée de ce 23 mars, le premier ministre Boubou Cissé demande de procéder à une réduction sur les salaires du mois de mars des enseignants grévistes.

 

Dans cette lettre Boubou Cissé indique au directeur national du trésor le nombre des 20 jours à déduire des salaires de mars, soit dix jours de grève au mois de février, et dix autres jours au mois de mars.

« Boubou Cissé veut envenimer la situation, il ne cherche pas des solutions à la crise, mais nous sommes décidés à aller jusqu’au bout. Le décompte sur salaire ne nous fait pas peur, beaucoup de nos camardes sont endettés jusqu’au coup et donc nous n’avons rien à perdre encore », réplique Youssouf Traoré, un enseignant à Bamako.

Les enseignants grévistes avaient demandé à leurs camarades de boycotter les élections législatives. Le bras de fer continue ce qui fait planer l’ombre d’une année scolaire blanche au Mali.

NORDSUD JOURNAL

MaliwebEducationPolitique
Décidément la crise entre les enseignants et le premier ministre Boubou n’est pas prête à finir. Dans une lettre adressée au directeur national du trésor, datée de ce 23 mars, le premier ministre Boubou Cissé demande de procéder à une réduction sur les salaires du mois de mars des...