Arrivé hier, dans l’après-midi, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, passera deux jours dans notre pays. Sur son agenda : des entretiens avec le président de la Transition, le vice-président, le Premier ministre ainsi que son homologue du Mali. Ce déplacement verra également la signature de cinq conventions de l’Agence française de développement (AFD) pour un montant de plus de 92 milliards de Fcfa (140 millions d’euros).

 

Une note de la diplomatie française précise que lors de son séjour, Jean-Yves Le Drian fera le point sur les récentes avancées positives dans le processus de Transition devant aboutir à la tenue d’élections crédibles et au rétablissement de l’ordre constitutionnel.

Il rappellera aussi la disponibilité de la France à poursuivre son engagement aux côtés du Mali dans cette phase décisive pour lancer les réformes «demandées de longue date par la population malienne». Il s’agit notamment du renforcement de la gouvernance, de la lutte contre l’impunité, de la refonte du cadre électoral, tout en maintenant l’engagement face aux défis sécuritaires.

La paix et la sécurité au Mali seront au menu des discussions. En effet, notre pays doit le rétablissement de son intégrité territoriale à la France, qui, en 2013, a répondu avec promptitude à l’appel des autorités maliennes pour stopper la horde de terroristes.

Aujourd’hui, l’ancienne puissance coloniale compte plus de 5.000 soldats au Sahel et elle est déterminée à poursuivre, aux côtés de ses partenaires sahéliens, le combat commun contre le terrorisme. Concrètement, Paris entend poursuivre la dynamique engagée à Pau et lors du récent Sommet de Nouakchott, appuyée par la mobilisation internationale en faveur de la région dans le cadre de la Coalition pour le Sahel.

Aussi, cette visite du chef de la diplomatie française permettra de rappeler l’attachement de la France à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Un sujet que Jean-Yves Le Drian abordera non seulement avec les autorités de la Transition, mais également avec les groupes signataires de l’accord.

L’un des temps forts de ce déplacement sera sans doute la signature des conventions. Un communiqué de presse de l’Ambassade de France au Mali donne plus de détails, indiquant qu’elles portent sur l’amélioration du réseau électrique national, l’accès en eau potable pour six localités, les «filets sociaux» de lutte contre la pauvreté et l’accompagnement de la Banque nationale de développement agricole du Mali.

La France octroiera, à travers son Agence de développement, un prêt de 36,3 milliards rétrocédé à l’EDM pour le financement du projet «Boucle haute tension nord de Bamako».

Un projet qui permettra notamment à l’Énergie du Mali d’augmenter la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays, tout en réduisant sa dépendance aux cours des hydrocarbures. Et la SOMAPEP sera appuyée avec un prêt de 19,8 milliards pour la réalisation d’un projet visant à améliorer les services de fourniture d’eau potable dans les villes de Koulikoro, Ségou, San, Mopti-Sévaré, Bandiagara et Ménaka.

Pour l’autonomisation des femmes, l’Hexagone mettra à disposition une subvention de 6,6 milliards. L’enveloppe est précisément destinée au 2è phase du programme multi-pays d’Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD en anglais), dont la finalité est d’accélérer la transition démographique au Mali et de réduire les inégalités de genre. Le financement de l’AFD permettra d’atteindre 147.000 filles et adolescentes. Une autre subvention de 6,6 milliards, cette fois-ci pour le projet de filets sociaux Jigisemejiri, va accroître de 5.000 le nombre de bénéficiaires pour le programme de transferts monétaires et renforcera les mesures d’accompagnement aux populations pauvres.

Enfin, la dernière convention porte sur une ligne de crédit à la Banque nationale de développement agricole (BNDA). Il s’agit d’un prêt de 26,4 milliards en faveur de cette Banque, assorti d’une subvention de 1,5 milliard et d’une garantie de 2,3 milliards de Fcfa. L’objectif est d’accompagner la transformation de la BNDA pour conforter son positionnement et assurer la modernisation de ses processus internes et de ses outils de financement.

Ces conventions seront signées dans les locaux de la Primature, après un tête-à-tête entre le Premier ministre Moctar Ouane et Jean-Yves Le Drian. Ensuite, le visiteur de marque sera reçu par le vice-président, colonel Assimi Goïta, puis par le président de la Transition, Bah N’Daw.

Issa DEMBÉLÉ

Source : L’ESSOR

MaliwebCoopérationPolitique
Arrivé hier, dans l’après-midi, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, passera deux jours dans notre pays. Sur son agenda : des entretiens avec le président de la Transition, le vice-président, le Premier ministre ainsi que son homologue du Mali. Ce déplacement verra également...