Nul besoin de la synergologie ou des sciences du comportement encore moins de psychosociologie pour comprendre cette image qui expose largement le début d’un divorce entre les deux hommes.

Dans la commutativité dans « R », en mathématiques, il est dit que « l’ami de mon ami est mon ami. L’ennemi de mon ennemi est aussi mon ami. Mais, lorsque ce théorème mathématique est incomplet, il sera intelligent de le compléter en ajoutant aussi que « l’ami de mon ennemi est mon ennemi ». Et c’est cette réalité de visu qui apparaît entre les deux hommes. L’un (Soumi) est en cours de tomber en disgrâce dans l’arène politique au Mali si bien que sa place de chef de file de l’opposition risque d’être mise en question. Pour tenter de trouver un peu d’oxygène, il file à quatre pattes chez tous secoureurs ou prometteurs de bonnes aventures. L’autre(le chérif de Nioro) vient de renaitre d’un déclin. Il a prié durant un long temps les morts pour que les vivants se soumettent à lui. Le bon côté de la balance a penché vers lui et il ne va pas encore courir le risque de perdre sa bonne position acquise au gré de ses menaces, meetings et marches sur le soleil ardent. Donc pas question de laisser filer entre les mailles cette grande et bonne chance.

Sur la photo ci-dessus, on remarque nettement que les deux se sentent gêner lors de lors de leur rencontre du mardi dernier. Le chérif un peu pencher vers le coté droit, refuse apparemment d’offrir son visage a son hôte (Soumi). Pour être plus précis, les deux hommes n’arrivent plus à être sur la même leur longueur d’ondes concernant les sujets préoccupants du Mali. Le chérif moins rusé, compte tenu de sa responsabilité religieuse, n’arrive plus à dissimuler cette gêne. Sa posture à l’état assis en donne l’illustration que « je ne veux plus de toi encore chez moi car mes nouveaux amis valent mieux que toi. » Ou on peut ouvertement dire « je ne suis plus ton ami car tu n’es pas aux affaires donc mes intérêts ne peuvent pasêtre compromis à cause de toi.»

Disons-le, le chérif a beaucoup souffert de la non flexibilité du gouvernement face à ses doléances et ses caprices durant plus de trois ans. Donc il vient de rebondir et prendre le train IBK 2 en marche. Il envisage d’être même le’’ co-pilote’’. Il sera consulté pour tout. En homme politique rusé, Soumi continue de faire bonne figure et maintient son sourire comme si de rien n’était. Son compagnon assis près de lui semble de son côté comprendre quelque chose de ce qui se passe. La seule chose qui lui restait à faire est d’encaisser les coups quel qu’en soit leur intensité et les dégâts psychologiques qu’ils peuvent provoquer.

Que reste-t-il encore entre les deux hommes en termes de collaboration surtout que désormais le chérif est allié du pouvoir ? Et Tieblé Dramé ? Qu’aurait-il contre Soumi pour lui causer politiquement un tel ennui ?

B.M

LE POINT DU MALI

MaliwebPolitique
Nul besoin de la synergologie ou des sciences du comportement encore moins de psychosociologie pour comprendre cette image qui expose largement le début d’un divorce entre les deux hommes. Dans la commutativité dans « R », en mathématiques, il est dit que « l’ami de mon ami est mon ami....