La journée mondiale de lutte contre la rage est l’une des activités de sensibilisation les plus importantes sur le calendrier de prévention et de contrôle de cette maladie. Pour sa commémoration, le 28 septembre de chaque année, le thème retenu pour cette 15è édition est : «La rage : la réalité pas la peur». Notre pays a procédé, hier, au lancement de la campagne de vaccination gratuite contre la maladie. L’événement a été présidé par le ministre du Développement rural, Modibo Kéita, dans la cour de la Direction régionale des services vétérinaires sise au marché Dibida.

 

C’était en présence du représentant du chef d’équipe du Centre d’urgence pour la lutte contre les maladies animales transfrontières de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO-ECTAD), Dr Lassina Ouattara, le représentant de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour l’Afrique de l’Ouest, Dr Karim Tounkara.

Le ministre Modibo Keita a inoculé la première dose de vaccin à un chien. La précieuse dose permet de prémunir contre une maladie virale qui affecte le système nerveux central des mammifères, dont l’homme. La rage est transmise par la salive lors d’une morsure, d’une griffure ou du léchage (d’une peau lésée ou d’une muqueuse) par un animal infecté. Une fois que les symptômes sont installés, elle est fatale, aussi bien chez les animaux que chez l’homme, a expliqué le directeur adjoint des services vétérinaires, Dr Boubacar Kanouté.

«Cette journée du 28 septembre est certes une commémoration pour nous, mais aussi un rappel à la population que cette maladie est toujours d’actualité au Mali. Il est temps que nous unissions nos efforts pour lutter contre elle parce qu’il est possible de l’éradiquer. Car aujourd’hui c’est l’une des maladies animales où il existe des moyens pour la contrôler», a développé Dr Boubacar Kanouté. Cette célébration est marquée par la vaccination gratuite des chiens, des chats à Bamako et dans les régions, des séances de sensibilisation sur la rage, a-t-il précisé.

Dr Karim Tounkara a souligné que la rage est mortelle à 99,9% une fois les symptômes apparus, mais elle est évitable à 100%. Bien qu’il y ait un décès toutes les 9 minutes et que 40% sont des enfants de moins de 15 ans, les décès humains dus à la rage sont évitables grâce à une prophylaxie post-exposition rapide. «Unissons-nous tous et rendons la région Afrique exempte de rage humaine transmise par les chiens et contribuons ainsi à un monde meilleur exempt de rage», a-t-il invité.

«Nous disposons de tous les outils nécessaires pour éradiquer la rage, l’outil principal reste la vaccination des animaux sensibles, particulièrement des chiens dans notre pays. Réussir à éradiquer la rage passe par un engagement politique et social à long terme, couplé à un engagement communautaire», a précisé le ministre Modibo Kéita. Le Mali, à l’instar des pays du monde, est engagé dans le programme mondial d’éradication de la rage transmise par la morsure de chiens à l’horizon 2030, a précisé le ministre Kéita.

Des efforts sont déployés chaque année et vont continuer de l’être, dans la lutte contre la rage à travers des actions d’information, de sensibilisation, de formation de la population sur la maladie, en plus de la vaccination gratuite des chiens. Le ministre a appelé à l’union pour des actions de sensibilisation en faveur de l’éradication de la rage dans notre pays.

Yacouba TRAORÉ

Source : L’ESSOR

MaliwebSantéSociété
La journée mondiale de lutte contre la rage est l’une des activités de sensibilisation les plus importantes sur le calendrier de prévention et de contrôle de cette maladie. Pour sa commémoration, le 28 septembre de chaque année, le thème retenu pour cette 15è édition est : «La rage :...