Il est atteint par le coronavirus et est admis dans au centre de traitement de Diamniadio. Il va célébrer l’Aïd El Kébir loin de sa famille. Pour éviter de gâcher la fête à ses enfants, il a simulé une mission au Mali. Voici son témoignage.

 

«Les préparatifs de la Tabaski sont le principal sujet de discussion de nombreux chefs de famille internés ici à Diamniadio. Tout le monde a déjà un proche de sa famille pour s’occuper des préparatifs. Cette année, ma petite famille va passer la Tabaski, chez mes parents à Thiaroye. Mon jeune frère m’a envoyé la photo d’un bon bélier via Whatsapp. Un de ses amis qui est dans une opération Tabaski, le lui propose. J’avoue que c’est un bon mouton et je lui ai envoyé 200 000 FCfa. Pour ce qui est des besoins des enfants, du moment que ma femme est en état de grossesse très avancé, elle a fait appel à sa petite sœur qui va l’aider. Elle m’a appelé pour m’informer que le tailleur a déjà fini les habits des enfants et le grand boubou que je devais porter. Ce n’est pas facile de passer cette belle fête loin de la famille. Pour ne pas trop gâcher la fête des enfants, j’ai demandé à ma femme de ne rien dire sur mon hospitalisation. J’ai simulé une mission au Mali, pour que les enfants ne sachent pas que je suis infecté par le virus. Dieu merci, je garde le moral et j’espère sortir bientôt.»

L’Observateur

Xalima

MaliwebSanté
Il est atteint par le coronavirus et est admis dans au centre de traitement de Diamniadio. Il va célébrer l’Aïd El Kébir loin de sa famille. Pour éviter de gâcher la fête à ses enfants, il a simulé une mission au Mali. Voici son témoignage.   «Les préparatifs de la Tabaski...