En décembre 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a validé le 1er vaccin anti-Covid-19. Ce dernier a fait l’objet de fausses informations tout comme la maladie à Covid-19. Pour certain, le vaccin anti-Covid-19 provoquerait l’infertilité, toute chose que démentent les agents sanitaires car à ce jour aucune étude scientifique ou données cliniques n’ont soutenu cette allégation.

 

L’infodémie demeure l’un des plus grands obstacles à la vaccination anti-Covid-19 pourtant recommandée par les autorités sanitaires comme le meilleur moyen de riposte contre la pandémie. En 2020, au début de l’épidémie, l’OMS a validé pour la première fois le vaccin anti-Covid-19, Pfizer/ bioNTech.

« Le vaccin anti-Covid-19 cause l’infertilité ». Ce que dément formellement le Dr Yacouba Coulibaly du Service d’Immunisation et le Dr Karim Diarra en Charge du programme de vaccination anti-Covid-19. Selon ces deux agents sanitaires, il s’agit juste d’une mésinformation sur le vaccin car depuis l’apparition du vaccin jusqu’à ce jour aucun essai clinique ou étude scientifique n’a montré que les vaccins anti-Covid-19 ont un impact sur la fertilité tant chez l’homme que chez la femme.

« Ce n’est pas nouveau, prenons seulement le cas d’autres vaccins que ça soit pour la rougeole ou autres. Les gens ont toujours été réticents au départ, mais ils finissent par y adhérer. Ceci est causé par de fausses rumeurs sinon jusque là aucune science n’a démontré que le vaccin anti-Covid-19 pourrait causer la stérilité ou l’infertilité », soutient le Dr Karim Diarra.

Le Dr Amadou Bocoum, gynécologue-obstétricien au CHU-Gabriel Touré affirme à son tour qu’il est actuellement difficile d’établir un lien entre les vaccins anti-Covid-19 et la fertilité. Il se base sur le fait qu’aucune thèse scientifique ou clinique n’a démontré le contraire. Et pour lui, les seuls facteurs scientifiques connus à savoir : l’âge, les infections sexuellement transmissibles, la génétique influent sur les chances de procréation.

Toutefois pour taire les fausses informations et avoir l’adhésion, les agents de santé en synergie avec les leaders communautaires mènent des campagnes de sensibilisation en organisant des séances de sensibilisation couplées à la vaccination, explique Drissa Tangara, agent de vaccination en C.IV. « Nous accompagnons les agents de vaccination sur le terrain ou dans les domiciles pour expliquer la nécessité de se faire vacciner.

Grâce à nos démarches, beaucoup de jeunes filles et celle en âge de procréer se sont fait vacciner », déclare Maï Koné de l’Association ‘Kéléyatô’ à Taliko. En plus de la contribution des leaders d’opinion, les agents sanitaires citent la participation des médias dans la lutte contre cette infodémie source des réticences au vaccin chez certains.

Khadydiatou SANOGO, «  Ce reportage est publié avec le soutien des Journalistes pour les Droits Humains (JDH) et Affaires Mondiales Canada »