Le défi de l’équité et l’intégration des soins chirurgicaux et anesthésiques dans les systèmes de santé nationaux sont des conditions nécessaires pour atteindre la Couverture sanitaire universelle en Afrique.

DAKAR, Sénégal, 28 septembre 2022/ — Alors que Mercy Ships (www.MercyShips.Africa) commémore ses 30 ans de mission sur le continent africain, fournissant depuis ses navires-hôpitaux des soins chirurgicaux gratuits, des formations et un soutien à des projets de développement locaux, le directeur de son Bureau Afrique, le Dr Pierre M’Pelé, appelle à une vigilance soutenue et à une poursuite incessante des efforts pour améliorer le niveau de santé des populations africaines.
L’espérance de vie en l’Afrique a augmenté de 10 ans depuis 2000, résultat d’actions telles que la mise en œuvre du Millénaire 2000-2015 et les engagements réussis pris par les gouvernements nationaux dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD) 2015-2030. S’efforcer de servir le plus grand nombre de personnes de manière durable, avoir une vision centrée sur les personnes et planifier des investissements plus importants en matière de santé dans le cadre des programmes de développement nationaux ont également influencé de manière positive les indicateurs de santé  sur le continent, en conjonction avec une bonne gouvernance démocratique, une stabilité et une croissance économique.

“Nous devons absolument célébrer ces résultats positifs. Cependant, nous devons être prudents et éviter toute complaisance, car ces nouvelles encourageantes sont un arbre qui cache la forêt”, déclare le Dr M’Pelé. “Un tiers des conditions cliniques en Afrique nécessitent des soins chirurgicaux, obstétricaux et anesthésiques. Et pourtant il y a moins de 1  de spécialistes en chirurgie pour 100 000 habitants. La chirurgie est donc une composante particulièrement négligée des systèmes de santé en Afrique. Il s’agit d’un domaine critique où de nombreuses améliorations doivent être apportées. Alors qu’une grande partie du monde se tourne vers les dernières technologies pour améliorer ses soins cliniques, nous affirmons qu’en Afrique, il y a encore un long chemin à parcourir pour augmenter le nombre de médecins et d’infirmières qualifiés et spécialisés.”

L’accès à des soins chirurgicaux, obstétricaux et anesthésiques de qualité, sûrs et abordables est un luxe dans la plupart des pays africains, et notamment pour les populations les plus pauvres. Le défi de l’équité et l’intégration des soins chirurgicaux et anesthésiques dans les systèmes de santé nationaux sont des conditions nécessaires pour atteindre la Couverture sanitaire universelle en Afrique.

Obtenus dans le cadre d’une collaboration étroite de Mercy Ships auprès avec des gouvernements africains, des partenaires nationaux et internationaux et des experts de la santé, les résultats préliminaires d’une enquête menée par l’ONG dans 602 hôpitaux de district de 32 pays d’Afrique sub-saharienne ont révélé une situation alarmante qui nécessite une action urgente dans tous les pays.

“L’objectif de cette recherche et de l’engagement politique qu’elle encourage est d’augmenter les investissements pour mettre à niveau les systèmes de soins chirurgicaux, obstétricaux et anesthésiques d’ici à 2030 afin d’atteindre la Couverture sanitaire universelle. Lorsque vous réalisez qu’un hôpital de district sur quatre, par exemple, n’a pas d’eau ni d’électricité, et que seul un sur vingt-cinq dispose d’une connexion Internet en ce siècle d’informatisation, cela aide à identifier les domaines dans lesquels il faut apporter le plus d’améliorations”, explique le Dr M’Pelé.
C’est pourquoi des initiatives comme cette Évaluation de base sont si importantes. L’enquête aide les dirigeants nationaux à identifier les lacunes dans des domaines tels que les infrastructures, les ressources humaines, les prestations de services, la gestion de l’information, les finances, l’impact de Covid-19 sur la chirurgie, la gouvernance et le leadership, ainsi que la chirurgie pédiatrique. Les résultats de l’enquête confirment la nécessité d’investir dans les infrastructures, la formation continue et le soutien chirurgical en Afrique, et soulignent la valeur et l’urgence du travail de Mercy Ships en collaboration avec les nations africaines partenaires.

C’est un sujet que le Dr M’Pelé a abordé dans son récent éditorial intitulé La santé en Afrique (https://bit.ly/3LS0FQB) : l’arbre qui cache la forêt, (https://bit.ly/3dNLY4r)  et dont il a discuté avec S.E. le Professeur Mohamed Belhocine, le Commissaire de l’Union Africaine pour l’éducation, la science, la technologie et l’innovation, qui lui a accordé une audience le 7 septembre 2022 à Addis-Abeba, en Ethiopie. Il a également partagé ses réflexions avec les principales instances et organisations rencontrées lors de sa récente visite en Europe.
La prochaine étape décisive pour faire progresser le dialogue politique sur les moyens de renforcer les systèmes de santé au sein des pays membres de l’UA, est la remise des résultats de l’enquête à la Commission de l’Union Africaine à la fin de l’année. Elle devrait inciter d’autres pays membres à rejoindre les six États africains (Cameroun, Comores, Congo, Gambie, Guinée-Bissau et Sénégal) déjà signataires de la Déclaration de Dakar.

Cette Déclaration est peut-être ambitieuse, mais elle apporte l’espoir de combler le manque de soins de santé pour la plupart des populations africaines. Le souhait de Mercy Ships est que tous les dirigeants, gouvernements et partenaires africains s’engagent à réaliser les investissements financiers nécessaires pour développer des actions concrètes en faveur d’une meilleure santé pour les populations du continent, notamment les plus pauvres.

Distribué par APO Group pour Mercy Ships.

Source : Mercy Ships