Les établissements de la santé du Mali, à travers les syndicats qui les représentent, ont déposé un préavis de grève de 240 heures (10 jours, sur la table du gouvernement de la Transition, le 15 février dernier. Ladite grève débute le 1er mars 2021.

Les  Syndicats  du secteur de la  santé  qui se sont donnés  la main pour  cette manifestation de frustration  sont,  entre autres ,  le syndicat   National de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille (SNS-AS-PF),  le Syndicat des Médecins du Mali (SYNEMA), le  Syndicat National des Travailleurs des Hôpitaux et des Structures Sanitaires (SYNATRAHASS) ainsi que les comités CHU Gabriel Touré, Poing G, l’Hôpital du Mali, l’hôpital Dermatologique et CHU Kati, selon le communiqué.

Ce regroupement syndical exige une réponse claire de la part du gouvernement du Mali sur les conditions de vie et de travail du personnel de santé dont certains points avaient déjà fait l’objet de doléances lors des précédentes revendications des syndicats de la Santé.

Pour ce nouveau préavis de grève, les syndicalistes demandent  à  rendre effectives les mesures de sécurité et de motivation du personnel dans le cadre de la lutte contre l’épidémie à coronavirus ; mettre le personnel Bi-appartenant «  lésé » dans ses droits en payant intégralement les   arriérés d’émoluments de son personnel, en  intégrant   lesdits émoluments dans leur salaire ; uniformiser et  réviser  la convention hospitalo-universitaire en y associant tous les acteurs ;  parachever le processus d’intégration dans la fonction publique de l’Etat du personnel contractuel dont les dossiers ont déjà été traités tout en tenant compte de leur nouvelle situation administrative  et régulariser la situation de ceux déjà intégrés ; rendre effective la prise en charge gratuite des soins médicaux et du médicament pour le personnel socio-sanitaire assujetti à L’AMO conformément aux engagements et aux textes ;rembourser l’intégralité et sans délai des primes de fonctions spéciales prélevées sur les salaires du personnel Bi-appartenant ; améliorer les conditions de travail des CHU et hôpitaux concernés par le recrutement du personnel qualifié, l’amélioration et l’adaptation des plateaux techniques en tenant compte de nouveaux défis sanitaires ; rembourser intégralement les primes de fonctions spéciales prélevées et procéder à l’augmentation substantielle de ces primes de fonction spéciale ainsi que les primes de garde et des primes de monture ; se pencher sur la problématique du foncier (Point G, hôpital Gabriel Touré), de la révision du plan de formation et de carrière des agents de santé, du payement des primes covid-19 dans les centres de prise en charge, de la gestion efficiente et consensuelle des ressources allouées aux services de santé  et de l’application du décret concernant les actes personnalisés dans les structures publiques.

A défaut d’attention particulière du gouvernement,  le syndicat   National de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille (SNS-AS-PF), en collaboration avec l’ensemble des syndicats cités  exécuteront leur mot d’ordre de grève : « En cas de non satisfaction des points ci-dessus énumérés, le Syndicat National de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille (SNS-AS-PF), en collaboration avec le Syndicat des Médecins du Mali (SYNEMA), du Syndicat National des Travailleurs des Hôpitaux et des Structures Sanitaires (SYNATRAHASS) ainsi que les comités CHU Gabriel Touré, Poing G,  l’Hôpital du Mali, l’hôpital  Dermatologique et CHU Kati, observeront une grève de 240 heures  qui s’étendra du lundi  1er  mars 2021 à 00h au vendredi 05 mars 2021 à 00h  et reprendra le lundi 08 mars 2021 à 00heur jusqu’au vendredi 13 mars 2021 à 00h»  indique le communiqué.

Issa Djiguiba

Source: Le Journal le Pays- Mali

Maliwebmaliweb netSanté
Les établissements de la santé du Mali, à travers les syndicats qui les représentent, ont déposé un préavis de grève de 240 heures (10 jours, sur la table du gouvernement de la Transition, le 15 février dernier. Ladite grève débute le 1er mars 2021. Les  Syndicats  du secteur de la  santé  qui...